Les strategies de coping mises en place par les jeunes en difficultés scolaires

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 42 (10442 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PLAN DE LA PARTIE THEORIQUE

I/ Le concept du stress.

1. Historique et définitions du stress

2. La détermination du niveau de stress

3. Les variables cognitives modératrices de la relation stress-détresse

a) Le stress perçu

b) Le contrôle perçu

c) Le soutien social perçu

II/ Le coping

1. Définition

2. Les différentes approches

a) Les approchestraditionnelles

b) Le modèle transactionnel du stress de Lazarus et Folkman (1984)

3. L’influence de l’âge et du sexe

4. Classification et efficacité du coping

a) Classification

b) l’efficacité du coping

III/ La relation entre le coping et l’estime de soi

1. L’impact de l’estime de soi sur le coping

2. L’estime de soi

a) Les théories influentes

a1)Les premiers travaux de William James (1890)

a2) La théorie de Charles Cooley

a3) L’apport de George Herbert Mead (1934)

b) Définition générale

c) La construction de l’estime de soi

IV/ Estime de soi et coping dans le domaine scolaire

1. L’influence de l’école sur l’estime de soi

2. Stress, estime de soi et coping chez les jeunes en difficulté scolairea) Les conséquences de l’échec sur les adolescents

b) Les stratégies utilisées face aux difficultés scolaires 

Tout au long de sa vie, un individu va être confronté à des évènements majeurs (naissance, mariage, décès…) ou mineurs (fête d’anniversaire, contrariétés diverses…) qui vont induire de sa part des réactions neuro-psycho-physiologiques. On appelle ces épisodes des stresseurs.Pour faire face à ses angoisses, il va être amené à utiliser des stratégies d’ajustement appelées « coping » qui correspondent à « l’ensemble des efforts cognitifs et comportementaux destinés à maîtriser, réduire ou tolérer les exigences internes ou externes qui menacent ou dépassent les ressources d’un individu » (Lazarus et Folkman, 1984). Ces dernières dépendent de ses ressources personnelles(traits de personnalité, sexe…) mais sont également influencées par son niveau d’estime de soi, et ce lien semble réciproque. Le stress est une notion présente dès le plus jeune âge de la vie et, à l’adolescence, l’importance que revêt la réussite scolaire dans notre société est une source importante d’angoisse pour les jeunes. Après avoir approfondit les notions de coping et d’estime de soi, nousessaierons d’examiner leur fonctionnement et leurs liens. Puis, grâce à une enquête réalisée auprès de jeunes collégiens rencontrant des difficultés scolaires, nous tenterons de mettre en avant les relations existant entre les différents types de stratégies d’ajustement utilisées avec le niveau d’estime de soi globale et scolaire perçus des interviewés. Nous nous intéresserons ensuite àl’influence du sexe et du niveau de stress suscité par l’évènement

PARTIE THEORIQUE

I/ Le concept du stress.

1. Historique et définitions du stress

Dès 1914, Walter Cannon va parler de concept de stress : « Une réaction physiologique liée aux émotions ». Hans Selye reprendra cette notion au cours de ses travaux sur le Syndrome général d’adaptation qu’il décrira comme l’ensemble des réactionsnon spécifiques de l’organisme à toute agression venant menacer son équilibre ou sa survie. Pour lui, dans un besoin de maintenir son homéostasie, l’individu va utiliser des comportements (nommés stratégies actuellement). Dès ses débuts en médecine, il constatera que certains symptômes sont récurrents dans de nombreuses occasions (chaleur, froid, infections diverses, maladies variées, blessures,chocs…) qu’il regroupera sous le terme d’indices objectifs du stress. Les agents qui induisent ces réactions sont appelés « stresseurs ». Ces derniers ne sont pas seulement physiologiques : les émotions (amour, haine, peur…) et les pensées peuvent conduire à une réaction de stress. Il introduit la dimension du mental. Le stress sera définit par Selye comme «  le résultat commun de toute...
tracking img