Life

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3455 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La première approche qu'on peut analyser est celle qui s'appuie sur la métaphore du livre de la nature écrit en langage mathématique. Selon cette perspective, les mathématiques ont un statut intermédiaire entre Dieu et les humains, elles sont en quelque sorte l'épiphanie qui permet aux humains de participer aux pensées mêmes de Dieu. Cette conception se développe avec l'essor de l'astronomie à lafin de la Renaissance, elle est étroitement corrélée à l'idée que les lois de la nature sont les règles que Dieu s'est fixées dans sa création. La science qui a pour objet de mettre au jour ces lois est donc extrêmement dépendante de Dieu non seulement parce que Dieu la fonde mais parce que Dieu la nourrit dans son activité même. La science est au service de Dieu, elle doit mettre en lumièrel'harmonie du monde et les principes qui la régissent , l'ordre et les lois de la nature sont identiques aux principes de la création.
Le penseur sans doute le plus représentatif de ce mouvement de pensée est Kepler (1570 – 1630). Défenseur de la thèse héliocentrique de Copernic, il n'a de cesse de montrer, par la science, la beauté de l'œuvre de Dieu qu'est l'Univers. La science n'est qu'un moyend'élever l'esprit dans la contemplation de la perfection éternelle de la création, elle est la servante de la théologie, elle ouvre sur la science de Dieu, elle en est une émanation. Les intérêts de l'intelligence scientifique ne sont ni l'action humaine ni l'efficacité de cette action sur les choses qui l'entourent mais le service et la célébration de Dieu. Kepler part du mystère de la Trinité pourmontrer qu'il préside à l'organisation du cosmos, il explique dans sa préfacé au Mysterium cosmographicum (1567) ce qui a déterminé sa recherche:
« Il y a surtout trois choses dans je n'ai cessé de rechercher les causes, les raisons qui les ont faites telles et non pas autres: Il s'agit du nombre, de la grandeur et du mouvement des orbites. La belle harmonie qui existe entre les choses au repos(Soleil, astres fixes et espaces intermédiaires) et Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, m'a convaincu de tenter cette recherche. »
Dieu, dans sa souveraine bonté, a donné à l'humain l'esprit en plus des sens pour qu'il puisse se détacher de l'existence matérielle des choses et remonter à leurs causes et à leur configuration essentielle. En effet, Dieu a paré le monde afin que l'humain, crééà l'image du Créateur, puisse en découvrir l'harmonie:
« Sûrement, personne ne contestera qu'en parant le monde, Dieu n'a cessé de penser à ses futurs habitants. Car l'humain est la fin du monde et de toute création. »
Dieu a créé le monde par amour des humains, pour l'humain, et les humains en retour font de la science par amour de Dieu, pour Dieu.
La vocation scientifique de Kepler est unvocation religieuse: faire de la science, c'est rendre hommage à Dieu mais aussi faire œuvre de prosélytisme, comme l'atteste la conclusion de son Harmonie comique (Harmonices mundi) (1619):
« Je te remercie, mon Dieu, notre créateur, de m'avoir laissé voir la beauté de ta création et je me réjouis des œuvres de tes mains. Vois, j'ai achevé l'œuvre à laquelle je me suis senti appelé, j'ai faitvaloir le talent que tu m'as donné; j'ai annoncé aux hommes la splendeur de tes œuvres: dans la mesure où mon esprit limité a pu les comprendre, les hommes liront ici les preuves. »
Dans cet extrait, Kepler identifie clairement la vocation scientifique à la vocation religieuse: « j'ai annoncé aux hommes la splendeur de tes œuvres ». Le vocabulaire est celui de l'élu auquel la mission de transmettreaux hommes la splendeur de la création est confiée.
Kepler, par cette identification du savant et du témoin de Dieu, prône une parfaite concordance entre l'ordre des choses sensibles (œuvres de Dieu) et les lois intelligibles et mathématique (pensées de Dieu) qui permettent d'en rendre compte. Non seulement Kepler considère le monde comme l'œuvre de Dieu mais il juge vaine toute recherche qui...
tracking img