Liste de lectures pour le bac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (479 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’immigration chez Renault
Dans les années 1920, la France connu des périodes de croissance économique, son besoin de main d’œuvre bon marché augmenta. Afin de faciliter l’immigration nécessaire auxentreprises, l'État signa des conventions avec d’autre pays. Les immigrants pouvaient donc pénétrer librement dans le pays, seuls ou accompagnés de leurs familles. Ainsi, la France subit un affluxmassif d’immigrants dans les années 20. On comptait en 1931, 2.7 millions d’étrangers dans l’hexagone. Les premiers arrivants furent les arméniens qui trouvèrent asile sur le sol français après legénocide de 1915-1916 ôtant la vie à plus d’un million d’entre eux. A Renault Billancourt, on recensait 500 ouvriers arméniens en 1930. Ce furent ensuite les russes qui arrivèrent en grand nombre après ladébâcle de l’armée blanche. Plus d’un millier de russes occupaient un poste dans l’entreprise automobile en 1930. La particularité de ces travailleurs était l’âge avancé de la plupart d’entre eux(généralement plus de 30 ans), ces ouvriers étaient prêts à occuper le premier emploi proposé mais qu'ils quitteraient dès que des conditions meilleures s’offriraient à eux. Il ne faut pourtant pas oublierqu’en tant qu’étrangers il leur était difficile de participer aux mouvements sociaux sous peine de sanctions immédiates. Paradoxalement quand ils n’y participaient pas, c’était la suspicion de la partdes autres ouvriers. De surcroît ces travailleurs russes se trouvaient souvent dans une situation de fragilité et d’isolement. Par la suite, les immigrés provinrent des pays africains, arrivés enabondance durant la première guerre mondiale, dû à l'appel au combat de la métropole. Ils s’installèrent en France une fois la guerre terminée. Cette main d’œuvre africaine fut principalement algérienne.Ils furent plus de 3000 ouvriers à travailler chez Renault sur 175 000 soldats ayant quitté l’Algérie. Leur participation à l’effort de guerre était reconnue, et ils jouissaient de la sympathie...
tracking img