Manon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 103 (25725 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Envoyé par Myvin.

L’autobiographie : écriture de soi et sincérité
(Jean Philippe Miraux, coll 128)

sommaire de l’ouvrage

introduction
I définition et historique
la question des catégories
 philosophie de l’autobio
 les limites du genres
 Jean Starobinski et le style de l’autobiographie
 Les différents pactes : le pacte autobio, le pacte référentiel, le pacte de lecture
laquestion des origines
 développement de l’individualisme
 le rôle de l’humanisme et des lumières
II pourquoi parler de soi
les motivations intimes
 l’élucidation d’un parcours
 « l’ordre de parade »
 l’examen de soi
 la quête d’un bonheur perdu : nostalgie et élégie
le désir de témoignage
 témoigner, ou lorsque se taire est impossible
 écriture de moi et exemplarité
 établir unportrait de soi : prosographie, ethopée
le couronnement d’une œuvre et d’un système
 clore un système
 dire la vérité : sincérité de Rousseau, authenticité de Sartre, le projet de Renan
 se réapproprier le monde
la lutte avec l’Ange
 « l’art est un anti-destin »
 affronter la mort
III : le paradoxe autobiographique
le temps révolu
 temps existentiel et achronie scripturale
 ledéfaut de mémoire et l’après-coup : la fresque stendhalienne, la fécondité de l’oubli
l’écriture et le mouvement
 Montaigne déjà
 Transmuer un événement en épisode
 Recomposer le parcours d’une existence : structure des Mots de Sartre, fonder la règle du jeu
l’écriture de la vie
 prendre la vie au piège des mots
 la poésie autobiographique
la question de la transparence
 l’écranscripturaire
 le sujet posé en objet
IV le lecteur de l’autobiographie
la problématique de la réception
 le lecteur modèle
 le destinataire idéal
l’argumentation au travail dans l’écriture autobiographique
 préface et préambule : le projet paradoxal de Montaigne, le plaidoyer rousseauiste
 écart réceptif et regard du lecteur : l’écart esthétique, l’exemple d’Henry Brulard

la perspectiveanthropologique
l’impossible pacte de l’oeuvre d’art
 littérature et référentiel
 retour sur l’absurde question édénique
V : Aux frontières de l’autobiographie
Perec ou l’entremêlement des genres
Gide ou la question du roman autobiographique
La transposition célinienne
L’autobiographie poétique
 repentirs de Lejeune
 la question hugolienne
Conclusion

[…] : remarques perso
c’estmoi qui souligne quand en gras
« j’étais le propre objet de mon étude » (Héraclite )

Introduction
Hans Robert Jauss / Question de Dieu « Adam, où es-tu » : question paradoxale car Créateur omniscient, dans Pour une Herméneutique littéraire suggère que question posée pousse Adam à interroger la position de son être, signification de son geste, essence de sa personne.
 dans décalage entresituation et question de la situation, existe une frange inquiétante d’interrogation : étant où il est, Adam ne saurait pas où il est
= Parabole dont signification semble proche de question autobiographique : institue le questionnement sur soi comme démarche paradoxale et le moi comme objet herméneutiq (herméneutique = science de l’interprétation) : si en théorie, est une perso qui connaît objetde sa recherche, c’est écrivain qui veut écrire autobio : se pose comme son propre objet de questionnement. Fonctionnement autotélique (qui a sa fin en soi-même) de l’interrogation (sujet interrogant = sujet interrogé) => démarche scipturaire paradoxale : étant soi, l’écrivain veut dire le soi : // Adam, écrivain sait où il est mais s’interroge sur le lieu de sa demeure, se situe au plus proche delui-même dans le même temps qu’il constate son éloignement et ce qui permettra de réduire distance de cet éloignement = écriture car est moyen, instrument qui ouvre réalisation du parcours.

 écriture, vérité, destinataire
exemple inaugurale de JJ Rousseau = fondamentalement éclairant, a posé question essentielles à écriture autobio certainement parce qu’il a achoppé sur obstacles les plus...
tracking img