Multinationalisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2374 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Vous montrerez que l’ouverture internationale peut influer sur le niveau des emplois et qu’elle modifie leur nature dans les pays développés à économie de marché.
France métropolitaine Septembre 1998
Travail préparatoire
Exprimez par une phrase la signification de la valeur entourée dans le document 1
En 1993, en Corée du Sud, un salarié de l’industrie coûtait un peu plus de 5dollars de l’heure, en moyenne, à son employeur.
 
Caractérisez le niveau et l’évolution du solde en emplois du commerce extérieur de la France avec la Grande-Bretagne entre 1988 et 1994. (document 2)
De 1988 à 1994, l’impact annuel du commerce extérieur de la France avec la Grande-Bretagne sur l’emploi en France est demeuré positif sans exception. On peut distinguer très nettementdeux périodes à l’intérieur de cet intervalle. Le solde des emplois annuel créés par le commerce a décru régulièrement de 1988 à 1991, passant d’environ 60 000 à 20 000. L’évolution inverse s’est ensuite produite de 1991 à 1994, année au cours de laquelle on évalue à 70 000 le nombre d’emplois créés en France grâce au commerce avec la Grande-Bretagne.
 
Comment les différences de coûts dutravail peuvent-elles supprimer des emplois dans les pays développés à économie de marché? (documents 1 et 3)
Dans un contexte concurrentiel dont l’apparition est favorisée par l’ouverture des économies, les entreprises recherchent une amélioration de leur compétitivité et en particulier de leur compétitivité-prix. Celle-ci désigne la position qu’occupent les prix d’une entreprise au regard deceux de ses concurrents. Plus ses prix seront bas, plus (à qualité égale) elle sera réputée compétitive.
Pour être compétitive en termes de prix, l’entreprise, outre le fait qu’elle puisse réduire sa marge bénéficiaire, doit produire à un coût unitaire suffisamment bas. Pour ce faire, elle peut agir sur plusieurs types de dépenses : consommations intermédiaires, investissements et maind’œuvre.
Si pour bénéficier de coûts de main d’œuvre plus bas, l’entreprise choisit de délocaliser une ou plusieurs unités de production à l’étranger, des emplois seront supprimés sur le territoire où les activités de production étaient initialement situées.
La faiblesse du coût du travail dans les PED est également susceptible de rendre les importations en leur provenance moins onéreuses que lesproduits nationaux. La réduction de la part de marché des entreprises nationales qui peut en découler affecte l’emploi.
 
La faiblesse du coût salarial est-elle le seul facteur qui détermine la décision de délocaliser ? (documents 1 et 3)
La délocalisation peut provenir d’autres motifs que celui de la faiblesse du coût salarial.
D’autres motifs liés aux coûts peuvent être àl’origine de la décision. Il peut s’agir de l’existence d’une fiscalité plus avantageuse (imposition plus faible).
Parallèlement au coût horaire salarial, l’entreprise doit aussi considérer la productivité du travail et s’assurer que pour une masse salariale donnée, elle obtiendra une quantité de produits significativement plus élevée.
L’accès à un marché étranger peut aussi motiver ladélocalisation. En effet, la présence dans un pays facilite la pénétration de ses marchés. La connaissance en est meilleure, les contacts et les négociations sont plus faciles
On peut considérer que le contournement des barrières douanières (s’installer sur place pour éviter les obstacles tarifaires et non tarifaires) et la réduction des frais de transport sont deux motifs de délocalisation ressortissant àla fois à la volonté de réduire les coûts et à celle d’accéder à un marché.
 
Comment l’ouverture internationale créerait-elle des emplois en France d’après le document 3 ?
Deux mécanismes évoqués dans le document doivent être distingués.
Dans le premier, la création d’emploi en France semble découler incidemment d’une délocalisation liée à la faiblesse des coûts. En effet, S....
tracking img