Musique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1246 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Gérard Jaffrès. La Bretagne en couleur et en musique.

La

musique est présente partout, surtout dans la pointe finistérienne. Dans ma ville, un

chanteur nommé Gérard Jaffrès revient de Belgique chaque été poser ses bagages ici, à St Pol de Léon, pour se ressourcer dans ses racines bretonnes. En effet, c’est là qu’il a vécu toute son enfance. Ses débuts de guitariste ont vraiment commencéau lycée, comme beaucoup de jeunes. « Le jour où j’ai pris une guitare dans les mains, j’ai eu l’impression d’être quelqu’un. Les gens me regardaient, m’écoutaient. C’est donc comme ça que je suis devenu musicien. » A 17 ans, il a l’opportunité de rentrer dans l’orchestre professionnel de Burt Blanca, célèbre rockeur belge des années 60. « Et puis, j’avais aussi envie de voyager. Comme beaucoup dejeunes bretons, je rêvais d’aventure. » Pendant 11 belles années, il a donc parcourut de nombreux pays pour faire des concerts (6 concerts pas semaine). C’était beaucoup de travail, avec aussi beaucoup d’insouciance : « Je vivais au jour le jour ma vie de musicien, sans penser à l’argent ou à fonder une famille. » Il en retient de très bons souvenirs, comme la 1ère partie de Johnny Clegg enAfrique du Sud ! La carrière de Gérard Jaffrès a démarrée un peu par hasard : « J’ai sorti un 45 tours en Belgique et en Bretagne. Une radio bretonne diffusait mon disque tous les jours ! » Puis, il a été surpris qu’en Bretagne, les gens viennent frapper à sa porte pour acheter son disque, l’interviewer, le rencontrer… « Les gens me demandaient de chanter donc l’été d’après, je suis revenu avec unmusicien. » Il a d’abord commencé dans les bars et puis tout est parti, un peu involontairement. Les comités des fêtes l’ont contacté, il a fait des galas… Par conséquent, depuis 22 ans, il revient chanter un peu partout. Etant jeune, Gérard était fan des groupes de rock anglais de la fin des années 60, surtout des Beatles. Il adore aussi la chanson française et les chanteurs comme Cabrel, Goldman,Berger, Voulzy, etc. l’ont beaucoup influencé. « Je me situe entre Alan Stivell et Hugues Auffray. » A 16 ans, le mouvement breton l’a attiré : « Stivell a été une grande révélation, et j’en suis toujours fan. C’est le musicien breton qui nous a donné notre fierté d’être breton ! » La musique de Gérard Jaffrès est donc un mélange de styles : « J’ai un côté hybride », s’amuse t-il a dire. Il adiverses influences : c’est parfois rock and folk, parfois chanson française ou carrément breton ! « Comme disent les belges : c’est pas du poisson, c’est pas d’la viande ! » Dans ses chansons, il aime raconter des petites histoires, de façon plutôt humoristique. Il a donc décidé à la fin des années 90, un faire un album sur le coin où il est né, sur les gens qui parlent breton… « Cet album (Au creux dema terre) est d’ailleurs celui qui a le mieux marché. » Il aime montrer qu’il est né en Bretagne, mais sans faire de musique traditionnelle. Il saupoudre juste ses chansons de sonorités bretonnes et celtiques. Car il y met aussi du rock, de la variété… Gérard Jaffrès revendique fièrement

son identité bretonne : il est "breizh" sans être "breizou". « Mais j’aurais aimé être plus impliqué pourla Bretagne et je montre dans ma chanson Où est passée la Blanche-Hermine, que ces mouvements n’existent hélas plus. » L’écologie le préoccupe et elle est présente dans ses chansons. « Je suis un chanteur rural : j’aime la campagne, je fais beaucoup de vélo… » En général ce sont ses chansons comiques qui plaisent, comme En piste, en virée. Lettre à mon amie est par exemple dans les livres d’écolesen Belgique et elle est chantée par les scouts ! « Certaines de mes chansons ont bien marché au niveau du public mais ce n’est pas pour autant celles dont je suis le plus fier. » Gérard Jaffrès fait donc de la musique d’aisance populaire, qui interpelle. « Ma popularité, je ne peux pas l’expliquer ! Comme dit Didier Barbelivien : "Moi je n’ai rien inventé mais il y a un public pour ce que je...
tracking img