nadja

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2629 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Nadja
1ère partie
Pour André Breton, « qui suis-je? » revient à dire « qui je hante? ». Il se donne une image de fantôme dans sa vie. Il cherche à savoir ce qui le différencie des autres hommes. Il parle d’une anecdote entre Victor Hugo et Juliette Drouet sa maîtresse qui faisaient pour la millième fois la même balade et l’un montrait à l’autre une porte différente d’une propriété. Il ne vautpas un culte à Flaubert mais il s’assurait qu’il cherchait à nous montrer des détails dans ses œuvres. Il aurait aimé avoir le scripte de leur vie comme celui du peintre Chirico. Huysmans, à travers ses livres était considéré comme un ami pour André Breton. Pour Breton, les livres étaient des portes dont il n’a pas la clef.
Dans son récit, Breton ne va pas parler que des épisodes les plusmarquants de sa vie. Il se considère comme simple témoin sans émotion précise. Vers 1918, il habitait à l’hôtel des grands hommes. Vers 1927, il allait au manoir d’Ango quand il ne voulait pas être dérangé. C’est dans cette cahute qu’il va écrire Nadja. La statue d’Etienne Dolet à Paris le mettait mal à l’aise et l’attirait en même temps. Lors de la première représentation de « Couleur du temps »d’Apollinaire au théâtre, alors qu’à l’entracte il parlait avec Picasso, un homme le prend pour un de ses amis. Par l’intermédiaire de Jean Paulhan, il découvre qu’il s’agit de Paul Eluard.
Un jour, alors qu’il se promenait avec Soupault, il voit les mêmes mots qu’il a vus à la fin des « champs magnétiques » : bois-charbons. Un autre jour, une femme frappe à la porte de Breton prétextant être en quêted’un numéro de « littérature » mais, la femme endeuillée venant de Nantes lui annonce que Benjamin Péret veut le lancer dans la littérature. Pour Breton, Nantes avec Paris sont les 2 seuls villes où il peut lui arriver quelque chose qui en vaut la peine et il aime le parc Proce.
Robert Desnos continu de voir ce qu’il ne voit pas. Le boulevard Bonne-nouvelle l’attirait pour une raison inconnue. Dansce boulevard, il avait vu le 8e et dernier épisode du film qui l’avait le plus frappé : « l’étreinte de la pieuvre » qui parle d’un chinois qui se multiplie et qui envahie les rues de New York. Il ne lie jamais le programme avant d’aller au cinéma et il a un faible pour les films français idiots. Le « théâtre moderne », maintenant détruit, représentait son idéal et il y allait souvent. Son rêveest de rencontré une femme nue dans la nuit dans un bois mais pas une débauchée comme une qu’il a vu de côté de « l’électric-palace ». « Les détraquées », était l’une des rares œuvre dramatique dont il veuille se souvenir. L’action se passe dans une institution pour jeune fille avec une femme d’une quarantaine d’année qui attend quelqu’un et Solange à la veille des vacances. C’était la grand-mèred’une des filles qui était venue suite à une lettre de l’enfant qui était malade. Solange, quant à elle, était nouvelle et était dans le bureau de la directrice avec la fameuse grand-mère et le fameux enfant qui jouait au ballon. Au 2e acte, l’enfant est retrouvé mort dans l’armoire à pansement par la directrice suite à sa disparition. Le rôle de Solange était joué par Blanche Derval qui a joué dansd’autres pièces comme les « deux masques ».
Un matin, Breton a fait un rêve infâme en se battant avec un insecte d’une cinquantaine de centimètre qui avait fraudé en mettant un sous dans un appareil au lieu de 2. On les sépara et au dessus de la loggia il y avait un oiseau et un nid qui se rapporte sûrement à des épisodes des « détraquées ».
Rimbaud l’influença et vers 1915 la première fille quilui adressa la parole lui récita un de ses poèmes sous une pluie battante : le dormeur du Val. Au marché aux puces de Saint-Ouen, avec un ami, ils tombent sur les « œuvres complètes » de Rimbaud, mais, il n’est pas à vendre. Il appartient à Fanny Beznos, très cultivée, avec qui ils discutèrent et leur fit part de ses goûts pour Shelley, Rimbaud et Nietzsche. Breton avait rencontré une...
tracking img