Notes sur la presse de la libération à la presse d'après guerre.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (430 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
De la presse de la libération à la presse d'après guerre.

1789 : révolution. Explosion & expansion de la presse presque uniquement Parisienne.
1788 : 4 journaux à Paris
1789 : 184 ‘’ ‘’
1790: 335 ‘’ ‘’
1791 : 236 ‘’ ‘’
1794 : 106 ‘’ ‘’
1811 : 4 ‘’ ‘’.
-> La liberté de la presse proclamée par la Révolution ne dure que jusqu’en 1792 : après = mise à sac des journaux quine plaisent pas (royalistes, montagnards …)
1789 & 1944 = un même rêve : liberté de presse & vérité.
-> Pendant la 2nde G.M : pas de transistor, pas de tv. Radio = électricité. Si pas d’électricité,pas de nouvelles. Rôle important de la presse écrite. La résistance = 1page imprimée, (distribuée par 3-4 hommes) de faible tirage, de périodicité incertaine, sans lien les unes avec les suivantes.Ceux qui les fabriquent/diffusent sont arrêtés/ en fuite.

A partir d’août alors que les combats ne sont même pas encore finis : explosion des journaux hier clandestins. (Humanité, Le Populaire,L’Aube, Ce Soir, Libération…)
Chaque groupe de résistance veut son propre journal.
Sauf que + on a de papiers, + on est vendu.
Les journaux à qui on alloue le plus de papiers sont ceux d’avant-guerre !L’Humanité fait le plus de tirage en janvier 1945 : 326 OOO exemplaire, suivi par Le Populaire et Le Figaro.
Les journaux parus pendant la guerre sous l’autorité de l’occupation sont suspendus, etleurs imprimeries réquisitionnées, suite à la loi du 22 juin 44.
Mais l’Etat autorise la parution des journaux arbitrairement, il y a trop de titres ; naissent les ambitions personnelles, suite auxambitions « pures » de la « révolution » de la presse : la fraternité de la Résistance éclate sous la pression des ambitions personnelles.
Naissance du Monde en décembre 1944.

On change les noms desjournaux pour qu’ils deviennent plus vendeurs (ex : Défense de la France qui devient France Soir, dirigé par Viannay qui quitte ensuite le journal en 1950, n’ayant plus d’indépendance financière...
tracking img