Opinion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2334 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TEXTE DE BERKELEY

|Thème |Ce texte de Berkeley prend pour thème l’opposition entre l’opinion et la vérité. Le problème qui se |
|Problème |pose est de déterminer comment fonder correctement la connaissance, et plus particulièrement si on peut|
| |pour cela faire confiance aux opinions, et afin de ledéterminer, Berkeley en examine les origines et |
| |les effets. La thèse affirme que plus les opinions sont incertaines, plus elles sont affirmées avec |
|Thèse |force et plus elles éloignent de ce qui est vrai, et qu’il convient de les arracher de notre esprit si |
| |nous voulons nous consacrer à « larecherche de la vérité ». La structure du texte comporte trois |
| |temps. Les six premières lignes du texte affirment une partie de la thèse concernant les origines de |
| |l’opinion ; le portrait de celui que Berkeley nomme « le vulgaire », jusqu’à la ligne 14 constitue une |
| |conséquencede la première partie et détaille les effets de l’opinion ; les quatre dernières lignes |
|Structure du texte |sont bâties en opposition (« Au contraire », conséquemment à l’analyse des opinions, et mettent en |
| |valeur la méthode adéquate de « la recherche de la vérité » : il s’agit de se débarrasser des préjugés |
||qui nous encombrent l’esprit. Cette dernière partie complète la thèse. |
| | |
| |Berkeley invite son lecteur à une analyse des opinions en remontant jusqu’à leur origine, « leurs || |premiers principes ». Tout d’abord, qu’appelle t-on une opinion ? C’est une croyance qui n’a jamais été|
| |soumise à l’examen critique, elle n’a donc aucun fondement ferme, elle ne dispose d’aucune preuve |
| |vérifiant ce qu’elle affirme. L’opinion présente des natures diverses : préjugé,stéréotype, foi, etc. |
| |et des degrés divers également puisqu’elle est affirmée avec plus ou moins de conviction, c’est |
| |d’ailleurs pourquoi Berkeley en parle toujours au pluriel. Mais elles ne constituent jamais un savoir |
|Explication du texte |véritable. Or, ce que Berkeley remarque tout d’abord,c’est que plus les opinions sont « ténues » à |
|Intro du 1° argument |l’origine, plus elles semblent « importantes ». Il y a donc un rapport de proportionnalité inverse |
| |entre leur minceur, leur inconsistance et le degré de sérieux qu’on leur accorde. Tout se passe comme |
|Déf. des opinions |si moins nous étions sûrs de ce quenous affirmons, plus nous l’affirmions avec force ! On comprend |
|(ce dont il est question dans ce |donc le danger d’une telle attitude à la fois dans le domaine théorique, car cela nous éloigne non |
|passage) |seulement de la vérité mais du désir même de la rechercher ; et dans le domaine pratique car une telle |
| |attitudefait de nous des dogmatiques intolérants et bornés. |
| |Mais d’où proviennent ces opinions dont nous avons tant de mal à nous défaire ? Berkeley décèle deux |
| |origines principales : les usages de notre pays et notre éducation. Chaque sujet naît et vit dans un |
|L1,2,3. Analyse...
tracking img