Pascal quignard importe t'il les heurts de la poésie dans son roman ? (j'ai eu 15/20)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2131 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Selon un critique, Pascal Quignard est «un de ceux qui savent importer dans le roman les heurts de la poésie » En quoi votre lecture vous permettrais de souscrire à cette citation ?

La prose et la poésie sont deux notions à priori antinomiques. La poésie est en effet , par définition, un texte littéraire en principe versifié, accordant une plus grand importance au signifiant qu’au signifié,au contraire du texte en prose. Pourtant, dès le XVIIIème siècle, ces formes se bouleversent et se confondent. Baudelaire, notamment, écrit les Petits poèmes en Prose en 1869 et fond pour la première fois les deux genres. Bien plus tard, en écrivant Tous les matins du monde, importe selon un critique les « heurts de la poésie » dans son roman. A travers divers extraits de cette œuvre unique,nous déterminerons d’abord quels critères y intègrent de la poésie, puis si ceux-ci suffisent à faire correspondre ce roman à la description qu’en fait le critique.
Ce qui fait de Tous les Matins du Monde un roman hors norme, si proche de la poésie, ce sont ses personnages. Mr. Et Mme. De Sainte Colombe, Marin Marais, Madeleine et Toinette sont des entités complexe au vécu lyrique. De tous sesprotagonistes, Mr. De Sainte Colombe est le plus duplice. Seul personnage méritant la description physique (il est « haut », « épineux », « très maigre », « jaune comme un coing », « les cheveux noirs »), son caractère parfois ambivalent est, en quelque sorte, le fil conducteur du récit. Colérique, il punit ses fille, puis se radoucit, s’excuse au près d’elle ; proche des plaisir terrestre, ilaime chaque soir prendre son vin et souffre du vide que produit en lui la mort de sa femme. Ses colères violentes rythment le roman, comme lorsqu’il brise le violon de Marin Marais, ou lorsqu’il refuse avec véhémence de jouer à la cour de Roi. Cette complexité en fait un véritable héros lyrique, mélancolique mais tout de même épris de la vie, et surtout de sa passion, la viole. C’est cette passionqui, à l’instar d’Orphée avec sa poésie, ramènera, en quelque sorte, sa femme à la vie, mais seulement à mi-chemin, comme dans le mythe, entre la vie et la mort ; assez réelle pour être entendu, pas pour être touchée... Mme de Sainte Colombe semble, elle sortir d’un de ce poème du symboliste Leconte de Lisle, qui s’adresse à un spectre semblant réel « Mais le front n'avait plus ses roses delumière,
/Mais rien ne battait plus dans le sein adoré /Qui versait sur le monde à son matin sacré /Tes flots brûlants et doux, ô Volupté première !
 ». Apparaissant lorsque son mari joue Le Tombeau des Regrets composé lors de sa mort, elle n’incarne pas vraiment un personnage, mais plutôt une allégorie de l’amour perdu de Mr. De Sainte Colombe.
Aussi différentes l’une de l’une de l’autre, Toinette etMadeleine sont en totale opposition dans tout le roman. Madeleine est une femme calme, semblable à son père de par son goût pour le silence et la viole. Mince, puis maigre jusqu’à l’excès, elle séduit Marin Marais, qui la quittera pour sa sœur, Toinette. Cette dernière est l’exacte opposé de Madeleine. Vive, sanguine et charnelle, elle poursuit avec succès Marin Marais de ses assiduités. Autantsa sœur est maigre, elle à le corps « d’une femme ronde et épaisse », autant sa sœur est réservée, elle n’à pas honte de clamer son désir. Leur opposition, leur rivalité tacite se continue au fil des pages : Madeleine accouche d’un enfant mort-né issu d’une relation aussi courte que stérile avec le seul homme qu’elle n’aura jamais connu, tandis que la fringuante Toinette épouse un homme bourgeoisqui lui fera de nombreux enfants. Madeleine semble se fader, s’effacer au fil des pages, et rejoint progressivement le rang d’entité auprès de sa mère. Comme elle, elle est le symbole quasi lyrique de l’amour perdu. Son suicide, bien que décrit, semble être un évènement neutre dans la progression du récit : Madeleine est morte depuis que son amant l’a quitté pour sa sœur.
Au cœur des...
tracking img