Portrait de l'antiquaire la peau de chagrin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (673 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La peau de chagrin, Honoré de Balzac :
Extrait : le portrait de l’antiquaire
Intro
Le portrait de l’antiquaire contient, en plus des métaphores, oppositions, accumulations,..., deux axes delecture : portrait d’un « vieillard juif » relevant du stéréotype du XIXe siècle et portrait archétypal d’un personnage fantastique.
Problématique :
En quoi réside l’originalité du portrait del’antiquaire ?
Développement :
I :
a) Raphaël est étonné par l’apparence de l’antiquaire, dans le passage « Tel fut le spectacle étrange qui surprit le jeune homme » le verbe surprendre exprime l’étonnement dece personnage. Il est également surpris par l’apparition de l’antiquaire car il a l’impression que ce dernier est un mort vivant ou encore un fantôme comme dans l’extrait : « …de cette espèce defantôme… ». Raphaël a de mauvais pressentiments, en effet, la phrase « Le moribond frémit en pressentant que ce vieux génie habitait une sphère étrangère au monde… » exprime les doutes qu’a Raphaëlconcernant la suite des événements.

b) Lors de sa rencontre avec l'antiquaire, Raphael doute, se demande si cette rencontre est réelle, et si c'est un être humain comme l'indique l'expression « cepersonnage qui semblait être sorti d’un sarcophage voisin ». Dans ce passage, on observe un champ lexical du surnaturel bien présent avec les mots et expressions « abîmes», «comme de la magie », «mort-vivant », « fantôme », mais aussi un champ lexical de la peur avec les mots « peur », « cauchemar », « frémit », « brulant »,... C’est aussi dans le portrait de l’antiquaire que l’on peut observer lasurprise ressentie par Raphaël, en effet, celle-ci est exprimée par la phrase « Il ne l’avait entendu ni venir, ni parler, ni se mouvoir » qui montre que le jeune homme a été surpris par l’apparitionsoudaine du vieillard.

c) Quand le jeune homme aperçoit le vieillard, il y décèle une sorte de fascination, de plus, il existe une opposition avec le paragraphe précédent où Raphaël était apeuré...
tracking img