Professeur sans ecole

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1414 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Professeur sans Ecole ? »

L’Epoque a produit une génération nouvelle, souvent détachée de toute tradition et affranchie des enseignements directs donnés par un quotidien fait de peine, de travail lourd, de pauvreté et de vie difficile pour quasiment tout le monde. En ce temps-là, l’Ecole était un centre fort, un lieu de formation, un lieu de promotion et d’espoir .
Aujourd’hui, et celadepuis quinze ans environ, on peut constater que le luxe est accessible à tous-ou presque-, que l’arrogance est une manière d’être qui croît avec lui, et que l’antigravitation est devenue le cadre naturel de la vie des jeunes générations. Nous appelons par ce terme- employé par quelques psychologues et philosophes-, le fait que l’abondance des biens, des plaisirs et des jeux, virtuels ou non, occupentune telle place dans les esprits qu’il n’en reste plus guère pour appréhender la réalité dans sa diversité, la confronter pour la dominer et peu à peu, construire sa vie dans uns conscience qui était autrefois souvent apportée par « la meilleure des Mères, l’Adversité. » ( H . de Balzac, Ursule Mirouet)

A cela, s’ajoute ou se superpose, un changement complet d’espace, « ce en quoi, nousavons la vie, le mouvement, et l’être. » L’air que nous respirons, c’est-à-dire l’ensemble des perceptions de notre cerveau, a été envahi par une flottaison d’immigrants mécaniques et électroniques, qui, sous forme d’ordinateurs, de portables, de jeux électroniques et de baladeurs en tous genres- et il en surgit chaque jour de nouveaux-, nous ont habitués à vivre avec une multitude de prothèses :c’est une des caractéristiques de la modernité que de populariser la compétence dans la construction et l’utilisation des machines.

Les deux événements mentionnés doivent maintenant être mis en relation avec un troisième fait majeur : ni la société, ni l’école n’ont eu le temps d’anticiper, de réfléchir, ni d’introduire des stratégies nouvelles adaptées aux conditions nouvelles d’ un homo sapiensqui n’a pas connu de tels bouleversements depuis les millénaires de son arrivée sur la Terre !

Voici maintenant le script inspiré des attaques silencieuses et décisives qui furent portées à l’Ecole dans son origine et sa nature : c’est l’équivalent symbolique de la première utilisation des gaz de combat le 22 avril 1915- au lieu de s’attaquer à l’ennemi, on rend sa respiration impossible enmodifiant son environnement. Ici, ce ne sont pas de malicieuses réformes qui détruisent, c’est le « sujet » qui est modifié dans sa structure mentale et son comportement par les effets dévastateurs mais invisibles des agents secrets de la Modernité.

Pour qu’un enseignement puisse avoir lieu, il ne suffit pas que la coquille institutionnelle existe, que les routines des programmes et des coursexistent, que les rituels de discipline et de vie scolaire existent, Il faut qu’il y ait des puissances motrices capables de faire contrepoids à l’inertie des pratiques sociales et institutionnelles.

Or ces matières précieuses sont attaquées de toutes parts par la modernité hystérico-économique comme l’ozone de la Terre. En voici quelques éléments :

1) Le Professeur doit disposer d’uncrédit-temps, un temps pendant lequel les élèves comprennent qu’il peut y avoir un écart entre ce-qui-se-fait et la prise en compte consciente de ce qui se fait. Le cours ne peut avoir lieu que dans cet arc de tension accepté et consenti. Aujourd’hui, en ce début de troisième millénaire, ce préalable n’est pas perçu et l’arc de temps disponible d’un cerveau ne dépasse pas la minute, l’heure ou la journée.2) La totalité de l’enseignement des Lettres, des langues, de la philosophie, de l’histoire, de la géographie et de toutes les disciplines relevant des Sciences Humaines, relève du Différé : il faut accepter d’être un apprenant, un débutant, par conséquent de différer sa compréhension : le cerveau doit accumuler des couches successives de savoirs, pour que, sédimentées par la mémoire,...
tracking img