Professeur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2072 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Document A

Boileau, poète du théâtre.

XVII

e

siècle, définit ici les normes classiques de l’art du

5

10

[…] Le secret est d’abord de plaire et de toucher Inventez des ressorts qui puissent m’attacher. Que dès les premiers vers l’action préparée Sans peine du sujet aplanisse l’entrée1. Je me ris d’un acteur qui, lent à s’exprimer, De ce qu’il veut d’abord, ne sait pasm’informer. Et qui, débrouillant mal une pénible intrigue, D’un divertissement me fait une fatigue […]. Le sujet n’est jamais assez tôt expliqué. […]
Nicolas Boileau, Art poétique, III, 1674.

1. Du sujet aplanisse l’entrée : aplanisse l’entrée du sujet, supprime les difficultés à l’entrée du sujet.
©HATIER

Document B

5

10

15

20

25

30

ACTE I, SCÈNE 1 Une rue devant la maison deClaudio Marianne sort de chez elle, un livre de messe à la main ; Ciuta, une vieille femme, l’aborde. CIUTA. – Ma belle dame, puis-je vous dire un mot ? MARIANNE. – Que me voulez-vous ? CIUTA. – Un jeune homme de cette ville est éperdument amoureux de vous ; depuis un mois entier, il cherche vainement l’occasion de vous l’apprendre. Son nom est Cœlio ; il est d’une noble famille et d’une figuredistinguée. MARIANNE. – En voilà assez. Dites à celui qui vous envoie qu’il perd son temps et sa peine, et que, s’il a l’audace de me faire entendre une seconde fois un pareil langage, j’en instruirai mon mari. Elle sort. CŒLIO, entrant. – Eh bien ! Ciuta, qu’a-t-elle dit ? CIUTA. – Plus dévote1 et plus orgueilleuse que jamais. Elle instruira son mari, dit-elle, si on la poursuit plus longtemps.CŒLIO. – Ah ! malheureux que je suis, je n’ai plus qu’à mourir. Ah ! la plus cruelle de toutes les femmes ! Et que me conseilles-tu, Ciuta ? Quelle ressource puis-je encore trouver ? CIUTA. – Je vous conseille d’abord de sortir d’ici, car voici son mari qui la suit. Ils sortent. Entrent Claudio et Tibia. CLAUDIO. – Es-tu mon fidèle serviteur ? Mon valet de chambre dévoué ? Apprends que j’ai à me vengerd’un outrage. TIBIA. – Vous, Monsieur ! CLAUDIO. – Moi-même, puisque ces impudentes guitares ne cessent de murmurer sous les fenêtres de ma femme. Mais, patience ! tout n’est pas fini. Écoute un peu de ce côté-ci : voilà du monde qui pourrait nous entendre. Tu m’iras chercher ce soir le spadassin2 que je t’ai dit. TIBIA. – Pourquoi faire ? CLAUDIO. – Je crois que Marianne a des amants3. TIBIA. –Vous croyez, Monsieur ? CLAUDIO. – Oui ; il y a autour de ma maison une odeur d’amants ; personne ne passe naturellement devant ma porte ; il y pleut des guitares et des entremetteuses. TIBIA. – Est-ce que vous pouvez empêcher qu’on donne des sérénades à votre femme ?
©HATIER

35

CLAUDIO. – Non, mais je puis poster un homme derrière la poterne et me débarrasser du premier qui entrera.Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne, 1833.

1. Dévote : qui remplit avec exactitude et zèle ses devoirs religieux. 2. Spadassin : homme d’épée, assassin à gages. 3. Amants : amoureux.

Document C

Ionesco est un auteur de théâtre français qui a renouvelé l’art dramatique. En l’axant sur les mécanismes du langage, il dénonce la vanité et le vide des conversations quotidiennes. Sonrépertoire comporte également des pièces à résonance politique ou de portée métaphysique.

5

10

15

20

25

SCÈNE 1 Intérieur bourgeois anglais, avec des fauteuils anglais. Soirée anglaise. M. Smith, Anglais, dans son fauteuil et ses pantoufles anglais, fume sa pipe anglaise et lit un journal anglais, près d’un feu anglais. Il a des lunettes anglaises, une petite moustache grise, anglaise. Àcôté de lui, dans un autre fauteuil anglais, Mme Smith, Anglaise, raccommode des chaussettes anglaises. Un long moment de silence anglais. La pendule anglaise frappe dix-sept coups anglais. MADAME SMITH. – Tiens, il est neuf heures. Nous avons mangé de la soupe, du poisson, des pommes de terre au lard, de la salade anglaise. Les enfants ont bu de l’eau anglaise. Nous avons bien mangé, ce...
tracking img