Racine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1670 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
“Phèdre”
(1677)

Tragédie en cinq actes et en vers

Analyse

Intérêt de l’action

Racine est fidèle aux sources :
- “Hippolyte couronné” d’Euripide dont le texte nous est parvenu et qui avait été précédé d'un “Hippolyte voilé”, également d'Euripide, mais perdu. Racine a, comme il le dit, «suivi une route un peu différente [...] pour la conduite de l'action» et a imité quelques scènes.- “Phèdre” de Sénèque, elle-même imitée d'Euripide : il lui a emprunté en particulier l'aveu de Phèdre à Hippolyte .
Plusieurs auteurs avaient, au XVIe et au XVIIe siècle, traité le même sujet. Ce que Racine leur doit reste très fragmentaire : Robert Garnier dans son “Hippolyte” (1573) et La Pinelière dans sa tragédie du même nom (1635) avaient suivi Sénèque de trop près pour que Racine cherchechez eux ce qu'il pouvait trouver chez le tragique latin ; quant à Gabriel Gilbert et à Bidar, dont les tragédies avaient été jouées en 1647 et en 1675, ils avaient fait l'un et l'autre de Phèdre la fiancée de Thésée, non plus son épouse, dénaturant ainsi l'essentiel du drame. Pradon, sans doute par souci des bienséances, les imita sur ce point.
Que Racine ait donné pour titre à son œuvre “Phèdreet Hippolyte” d'abord, puis tout simplement “Phèdre” suffirait à montrer que sa manière de traiter le sujet antique était fort éloignée de celle de ses prédécesseurs. En fait, sa tragédie est d'une originalité évidente par bien d'autres aspects.
Racine avait découvert chez les tragiques grecs un monde de cruauté, et son imagination s’était peuplée de plus en plus de héros, et surtout d'héroïnes,condamnés par les dieux à chercher désespérément une innocence perdue, à vivre dans le mal et à en mourir : Roxane, Ériphile, Phèdre. Il retrouvait la grandeur tragique par la réintroduction de la notion de fatalité, ressort essentiel de la tragédie grecque. La passion est, dans “Phèdre”, tout à la fois voulue par le Destin et porteuse de mort. Car les auteurs de cette ruine sont les dieux,implacables et inhumains.
Racine respecte les règles de la tragédie classique, les bienséances en dépit des excès de la passion, et, avec cette pièce, porte le genre à son sommet. L'intrigue est simple : elle comporte une seule péripétie et sa progression est uniquement psychologique. Le rythme de la pièce fait alterner les tendres murmures d'Aricie, les mâles paroles d'Hippolyte et les éclatsdéchirants de Phèdre. Plus qu'un dessin mélodique, c'est une pulsation qui s'apaise ou se précipite à la manière d'un cœur tourmenté. Peu d'œuvres dramatiques supportent aussi mal le ton déclamatoire qu'affectaient naguère certains tragédiens.
Le dénouement est inattendu et la pièce se termine hors de toute espérance : Thésée ne pourra plus aimer Phèdre ; Phèdre ne peut plus aimer Hippolyte ; Aricie estcomme veuve avant d'avoir été mariée. Ce dénouement est un effondrement sans rémission de toutes les constructions sentimentales ou passionnelles que dressaient les héros et dont se jouent les dieux.
Il y a aussi une intrigue politique, mais, si les drames de l'ambition viennent se mêler par moments à ceux du coeur, ils y sombrent bien vite : Hippolyte ne veut donner le trône d'Athènes à Aricieque parce qu'il l'aime ; Phèdre est prête à en déposséder son fils pour tenter de conquérir par ce moyen l'amour d'Hippolyte.

Intérêt littéraire

Ce monde moral où s'affrontent les forces du mal et celles du bien, Racine lui donne une expression poétique. “Phèdre” est la plus lyrique des tragédies de Racine.
Les plaintes qui déchirent Phèdre, dans le moment même où s'exprime son amour, lesincantations vers des dieux présents et redoutables, les tempêtes de la jalousie et de la colère tiennent du chant plus que de l'éloquence. Lyrisme somptueux et sombre, troué quelquefois de grands éclairs de lumière, mais dont les accents les plus vibrants traduisent la souffrance des hommes.
On constate bien chez Racine la pauvreté du vocabulaire à l'époque classique, l'habileté de la syntaxe....
tracking img