Ravensbruck

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1028 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Marie-José Chombart de Lauwe, résistante du réseau "Georges France 31"
Elle réussit à communiquer par les toilettes en ciment avec sa voisine de cellule France Bloch-Sérazin âgée de 29 ans, résistante, communiste et juive fabriquant des explosifs pour le groupe de Raymond Losserand.
• Suzanne Wilborts, résistante du réseau, "la Bande à Sidonie" et "Georges France 31" (rien trouvé)
•Suzanne Hiltermann (Touty), résistante appartenant au réseau Dutch-Paris
Elle rend service à de jeunes hollandais qui veulent rejoindre l'Angleterre pour combattre et à d'autres qui fuient les persécutions raciales. Puis, elle étend ses activités de résistance au rapatriement des pilotes alliés.

♦ Simone Souloumiac, résistante du réseau la charrette.
La même année, elle entre dansle RESEAU CHARETTE. Elle est chargée d’acheminer les armes et les explosifs parachutés par le SOE (Special Operations Executive) de Londres pour la Résistance. L’une des activités du réseau consiste à faire sauter les voies ferrées et le matériel roulant. Sous les traits d’une jeune voyageuse « innocente », Simone participe au transport des armes, à leur stockage et à leur distribution.

•Annie de Montfort (1897-1944), résistante et écrivain français
Annie de Montfort s’engage dans la Résistance avec son mari Henri de Montfort, alors directeur des services de l’Institut de France, qui crée La France Continue. La France Continue est un journal clandestin de la Résistance dont treize numéros paraissent entre juin 1941 et février 1942. À Ravensbrück, Annie de Montfort participe à lamise en place de structures de résistance[9]. Les instigatrices de ce mouvement mènent une action d’éducation : « plusieurs déportées se préoccupent du retour de leurs camarades. Conscientes des difficultés immenses auxquelles allaient se heurter des femmes qui avaient tant souffert, Émilie Tillion, Yvonne Le Roux, Annie de Montfort, Marie Talet pour ne citer que quelques-unes, décident de formerune organisation[10] ». Annie de Montfort organise des conférences sur le vieux Paris et sur l’histoire de la Pologne[3].
• Catherine Dior, résistante, sœur du couturier Christian Dior (rien trouvé)
Selon Wikipédia voici ci-dessus quelques exemples de femmes résistantes qui furent suite à leurs actions déportées à Ravensbrück (je ne suis pas sûre que ça nous soit utile mais on ne saitjamais !).

http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=05&rub=dossier&item=50
Ravensbrück, un camp de concentration situé à 80 km au nord de Berlin
Les protestations ouvertes contre ces séries d’expériences pseudo-médicales l’une organisée par des Polonaises pour tenter de s’opposer aux expériences pratiquées sur certaines des leurs, sans autre résultat que la punition du block tout entier ;l’autre par des prisonnières de guerre soviétiques pour essayer d’obtenir l’annulation d’un « transport » de 800 femmes (dont des Françaises et une trentaine d’enfants) pour Majdanek où elles étaient destinées à mourir faute d’alimentation - sans succès non plus  [44]  ; et la troisième par des Françaises, pour protester contre le comportement d’un SS qui avait battu jusqu’au sang l’une d’entre elles.Autres cas de Résistance, plus nombreux, ceux qui concernent le « travail ».
La réaction de Bluette Morat à l’annonce du type de travail qu’elle allait devoir accomplir : elle refusa. Il semble que les Françaises aient été particulièrement nombreuses à refuser le travail.
Michel-Lévy, résistante des PTT, arrêtée en novembre 1943, torturée par des agents français de la Gestapo. Déportée àRavensbrück, elle est envoyée à Holleischen, dans une fabrique de munitions anti-aériennes. Avec plusieurs camarades, elle ralentit la chaîne de production, sabote l’assemblage des cartouches, laisse la presse fonctionner à vide pour l’endommager. Anne Fernier montre comment le sabotage exige une très grande tension, une attention de tous les instants, non seulement en raison du risque encouru...
tracking img