Roman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (464 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
VOUS 01/06/2011 À 00H00 (MISE À JOUR À 18H50)

Les germes de la peur
Les angoisses alimentaires tiennent à la méconnaissance des modes de production.
21 réactions
Par JACKY DURAND, CATHERINEMALLAVAL

Nature morte de Luis Meléndez (XVIIIe siècle) (Musée du Prado, à Madrid)

Après la peur de manquer, la peur au ventre ? Après des siècles de famines, la trouille d’ingérer desaliments mortels. Il y a de cela. Si les angoisses alimentaires (rationnelles ou pas) ne datent pas d’hier, elles ont dans notre société de consommation changé de nature. Et sont passées, à en croirel’historienne Madeleine Ferrières (1), «d’un critère quantitatif à un critère qualitatif». Avec une crainte désormais lancinante de s’empiffrer du «corrompu, du malsain, de l’immonde». Une angoisse à lahauteur des barrières que l’on ne cesse d’ériger pour se protéger : contrôles sanitaires, réglementations exigeantes, hyperhygiénisme, traçabilité…

Comble. Le voilà le terreau sur lequel poussel’affaire du concombre tueur. Mais loin des alertes coutumières aux fromages à la listeria, au steak haché suspect ou aux œufs contaminés, et des mémorables crises de la vache folle, de la tremblante du moutonou de la grippe aviaire, la cucurbitacée tranche : c’est un végétal. Et c’est une première. Un comble quand l’air du temps crie haro sur la bidoche qui bouche les artères, l’élevage du bœuf et sondéplorable bilan carbone, et porte le vert aux nues. Si même les cinq fruits et légumes par jour se mettent à avoir de la bactérie dans l’aile…

Certes, le concombre (ou du moins E.coli) aurait déjà desmorts sur la conscience. Mais comme à chaque crise sanitaire, avérée ou non, une méga-amplification est déjà à l’œuvre, à base de mondialisation et de médiatisation. Sans doute parce que la grossepétoche de la crudité contaminée en dit long sur notre rapport à la nourriture dans notre société moderne.

Au fond, notre angoisse est proportionnelle à la distance qui existe aujourd’hui...
tracking img