Rouge

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1821 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le rouge est une des trois couleurs primaires, entre l'orange et le violet.

Sommaire [masquer]
1 Colorimétrie et perception du rouge
2 Étymologies
3 Le rouge dans la nature
3.1 Alimentation
3.2 Biologie
3.3 Minéralogie
3.4 Pigments
3.5 Quelques rouges
3.6 Teinture
4 Symbolique
5 Usages
5.1 Usages pratiques
5.2 Usages sportifs
5.3 Usages politiques
5.4 Usagescommerciaux
5.5 Autres usages
6 Culture
7 Expressions
8 Drapeaux
9 Galerie
9.1 Dans la nature
9.2 Objets fabriqués
9.3 Quelques drapeaux et pavillons
10 Notes et références
11 Voir aussi
11.1 Article connexe
11.2 Liens externes
11.3 Bibliographie

Colorimétrie et perception du rouge [modifier]
Il répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on faitusage.

C'est l'une des trois couleurs primaires de la synthèse additive (comprenant le rouge, le vert et le bleu). Sa couleur complémentaire est le cyan vif RVB (sorte de turquoise obtenu par mélange des lumières verte et bleue).

En synthèse soustractive (qui est le système de restitution des couleurs dans l'imprimerie ou dans les imprimantes couleur) c'est une couleur composée obtenue enmélangeant le magenta et le jaune à 100 %. Sa couleur complémentaire est le cyan.

Les daltoniens de type III confondent le vert et le rouge.

Le cône L de l'œil humain est le plus sensible au rouge. C'est la couleur qui excite le plus le cône de l'œil humain après le jaune.

La longueur d'onde moyenne de la lumière rouge visible est de 630 à 780 nm.

La plupart des vertébrés sont très peusensibles aux couleurs ou alors de façon très rudimentaire, car leurs rétines sont composées majoritairement de bâtonnets, une famille de cellules sensibles à la lumière (photorécepteurs). Or, les bâtonnets contiennent tous le même pigment dont le maximum d'absorption est situé entre le vert et le bleu. Le taureau, la souris ou encore le lapin confondent donc le rouge et le noir.

Étymologies[modifier]
Les hébreux : le mot Adom est synonyme d'Adam, qui vient d'Adamus, fait de terre rouge.
Les grecs avaient eux aussi plusieurs mots pour désigner la couleur rouge. Dans les Evangiles (texte grec) on trouve les couleurs porphyros (rouge de la couleur de la pierre de Porphyre (roche))
et kokkuros (rouge de la cochenille du chêne) pour désiger le manteau revêtu par le Christ lors de saPassion. Il y a aussi le mot Erythros qui a donné Érythrée.

Les latins avaient plusieurs mots pour signifier la couleur rouge, dont Rubeus, roux, rougêatre qui a donné rubéole par exemple et Ruber, d'où rubicond [1] et Robus.
« Ce mot signifie évidemment de couleur rouge et comme roux, ainsi que les paysans nomment le boeuf.
Un autre mot, apparenté à celui de ruber, rouge, est robur, -oris,neutre, qui désigne le chêne dont le bois est veiné de rouge, appelé aussi rouvre. Par la suite, tout bois de même couleur a porté ce nom. Un adjectif latin, robustus, dérivé de robur, signifiait " de chêne" , d'abord, puis, dans un deuxième temps, " robuste, fort, résitant, solide", comme le chêne. Robur, chêne, et rubeus, robus, rouge sont des mots apparentés, puisqu'ils se rattachent à la mêmeracine indo-européenne qui contient cette idée de rouge. Mais il faut bien voir que l'idée de " robuste, fort, résistant" n'est pas lié du tout au sémantisme de rouge, mais se rattache aux qualités de ce chêne rouge, ou rouvre. Roboratif, adjectif français, signifie donc qui rend " robuste" , c'est-à-dire vaillant, fort, mais pas du tout qui redonne de belles couleurs rouges ! Tous les objets faitsen bois de chêne avaient aussi, par métonymie, le nom latin " robur". En particulier ces cages de bois, ou carcan, dans lesquelles on serrait les prisonniers. Le nom s'est étendu à la prison dans laquelle on soumettait les malheureux à ce supplice.Un supplice qui provoquait de terribles crampes, d'où le nom latin de roboratus.

On appelle encore dans une prison robus le lieu où l'on précipite...
tracking img