Scandales financiers et capitalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2775 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Scandales financiers et capitalisme

Présenté par Ray01
Le 18 mai 2009

À Jean-Guy Desforges
Dans le cadre du cours Économie et organisation de l’entreprise
M. Sc. Gestion

Des scandales financiers comme ceux d’Enron, Bre-X, Cinar et plus récemment ceux provoqués par Bernard Madoff et Vincent Lacroix sont-ils des phénomènes nouveaux? Dans le présent essai, nous tenterons, à partir dela contribution d’auteurs tels que Smith, Marx et Braudel de répondre à cette question préoccupante.



TABLE DES MATIÈRES

1. INTRODUCTION …………………………………………………………………………………………….3

2. DEUX HOMMES, DEUX VISIONS, DEUX ÉPOQUES …………………………………………………3

3. BRAUDEL : UN PONT ENTRE DEUX MONDES ………………………………………………………6

4. CONCLUSION ……………………………………………………………………………………………….6

BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………………………………………….7

ANNEXE 1 – ARTICLE DE PRESSE AYANT INSPIRÉ LE PRÉSENT ESSAI …………………………8

1. Introduction

Imaginez que vous assistiez à un souper de famille, plutôt ennuyant, qui réunit à la fois, des membres de votre fratrie, vos parents et vos grands-parents. Vous êtes éminemment près de piquer du nez dans votre assiette (et vous n’êtes pas le seul). Dans un éclair de générosité, vous vous donnezpour mission de réveiller cette famille, et vous lancez le pavé dans la mare : « Grand-papa, est-ce qu’il y avait des types comme Madoff et Lacroix dans ton temps? » Oh! Que l’atmosphère s’échauffe! Deux temps et trois mouvements plus tard, on ne s’entend plus parler! Chaque génération défendant les valeurs et les principes économiques dominants de son époque, condamnant et démonisant, par le faitmême, ceux de la génération suivante. Qui a raison? Qui a tort?
Dans le présent essai, nous tenterons, à partir de la contribution d’auteurs, tels que Smith, Marx et Braudel de calmer les ardeurs de cette famille et de répondre aux questions suivantes : Des scandales financiers comme ceux d’Enron, Bre- X, Cinar et plus récemment ceux provoqués par Bernard Madoff et Vincent Lacroix sont-ils desphénomènes nouveaux? Sont-ils causés par le capitalisme?

2. Deux hommes, deux époques, deux visions

Afin de tenter de comprendre les phénomènes nommés ci-haut et leurs liens possibles avec le capitalisme, nous allons, sous les lumières d’Adam Smith, explorer les profondeurs de l’être humain et voir comment, ce qu’il est au plus profond de lui-même aurait contribué à l’émergence du capitalisme.Puis nous verrons comment Marx perçoit la bourgeoisie et comment celle-ci est, pour lui, la source de tous les maux de la société capitaliste, et nous terminerons avec Braudel, qui temporise un peu les deux visions, qui fait un pont entre les deux.

Adam Smith (1759), dans son œuvre : La théorie des sentiments moraux, nous partage une vision bien à lui, et un peu naïve, de la nature humaine. Ilnous importe ici de mettre en garde le lecteur contre un jugement trop hâtif quant à cette théorie exprimée par Smith. N’oublions pas que celle-ci est le reflet d’une époque, et le fruit du parcours de vie de son auteur, tout comme le seront les mots beaucoup plus durs écrits par Karl Marx. Par conséquent, nous avons là deux vécus différents, deux visions différentes.
Adam Smith, donc, croit quel’être humain ne se résume pas à un être égoïste, mais que chacun porte en lui-même un « homme intérieur » capable de prendre un recul par rapport à ses propres passions et intérêts. Il reconnaît la nature égoïste de l’humain mais, il affirme que les hommes peuvent faire preuve de sympathie et ainsi se soustraire à leur penchant égoïste : « How selfish soever man may be supposed, there are evidentlysome principles in his nature, which interest him in the fortune of others, and render their happiness necessary to him, thought he derives nothing from it except the pleasure of seeing it (…) The greatest ruffian, the most hardened violator of the laws of society, is not altogether without » (Smith, 1759, p.9). Smith pense qu’il y a un processus naturel, une « main...
tracking img