Sci po

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (601 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ZENOU Andréa
1ère ES.

Le conflit, la mère et la femme :

Lorsque l’on apprit en classe, que nous devrions faire un exposé sur un ouvrage de sociologue ou d’économie, j’ai immédiatement pensé àun ouvrage sur le féminisme. C’est pour cette raison que j’ai tout d’abord pensé a l’ouvrage de Simone De Beauvoir Le deuxième Sexe.Mais il m’a ensuite été conseillé de préférer Elisabeth Badinter,Philosophe et Sociologue car elle serait plus facile à lire, et en somme plus intéressante.
C’est donc l’esprit ouvert sur un ouvrage riche d’idée sur le féminisme, courant auquel on m’associefréquemment, mais que je ne connais guère très bien, que je commençai à lire cet ouvrage.
Le résumé me paraissait très interessant, il constituait même selon moi, tout un programme : Le conflit qu’il yaurait entre la femme active et la mère sortant à peine de la maternité, deux femmes en une…
Je commençai donc à lire, et je m’aperçu tres vite, que ce n’était rien d’autre qu’un réel livre de sociologieauquel j’avais affaie, appuyé sur de nombreuses études scientifiques, références à des livres, romans, articles de professionnels de la maternité etc…Cette foison de références m’empêcha même, deprima bord, de comprendre la thèse de l’auteur.
En effet, le sujet principale du livre et la relation de la femme à son enfant, ses devoirs envers ce derniers, son implication dans la maternité A cesujet, je compris tout de suite quel était le point de vue d’Eliete Abecassis, de nombreuses fois citée pour ses romans écrivant la maternité comme une étape difficile pour la mère, l’allaitement commeun acte repoussant et l’assimilant à un animal…Mais celui de Elisabeth Badinter fut tronqué par toutes ses références, tous ces chiffres. Cette derniere, au lieu de répondre à de réelles questionscomme celles évoquées plus haut, ne s’attarde que sur une partie de la réponse à savoir la maternité…
Et sur ce sujet, la sociologue a de quoi écrire. Elle nous expose dans ses 254 pages d’étude...
tracking img