Somalie : suicide collectif ou appel desespere a l’aide ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7020 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic] [pic]

SOMALIE : SUICIDE COLLECTIF OU APPEL DESESPERE A L’AIDE ?

ESSAI DE REPONSE

Par

Thierry ONGA,
Candidat-Doctorant à
l’Institut Québécois de Hautes Etudes Internationales (IQHEI),
Assistant d’Enseignement, Département de science politique,
Université Laval, Québec.
Chercheur au Center for Political-Military Analysis,
Hudson Institute, Washington, D.C.www.globaldiscussions.net

Plan.

Introduction. Profession : pirate au large de la côte somalienne et dans le golfe de l’Aden.

1. Les fondements sociologiques du suicide.

2. La piraterie comme symptôme le plus récent d’une société suicidaire, en même temps qu’une source de difficultés majeures pour les spécialistes du droit international.

3. Eléments d’anthropologie de la sociétésomalienne.

4. Analyse politologique : L’Etat de Somalie, une instabilité politique intrinsèque.

5. Relations internationales : La Somalie dans le concert des nations aujourd’hui, une souveraineté à jamais perdue ?

6. Falsification/Réfutation de la théorie sociologique du suicide collectif.

Conclusion. Le long chemin vers la réconciliation : ni sinécure, ni peine perdue.

[pic]Introduction : Profession : pirate au large de la côte somalienne et dans le golfe d’Aden.

Quel enfant n’a pas rêvé d’être pirate ? Les péripéties du capitaine Jack Sparrow, et son équipage de la « Perle Noire » vedette de la trilogie « pirates des Caraïbes », comptent une base solide de fans, partout dans le monde ! En ce début du XXIe siècle, les pirates des mers se portent bien, merci poureux. Ils ont même le vent en poupe. Rien qu’en 2005, 205 actes de piraterie et de brigandage (contre moins de 90 en 1994) ont été officiellement recensés sur tous les océans. Un chiffre bien en dessous de la réalité. On estime que plus de 30% des attaques ne sont jamais déclarées. Les petits pêcheurs ne savent vers qui se tourner. Quant aux gros armateurs, ils préfèrent rester discrets pour nepar voir leurs primes d’assurances augmenter et pour ne pas effrayer leurs actionnaires. Rien d’étonnant donc qu’une société comme Total ne souhaite pas communiquer sur ce sujet :Trop sensible.
« Si vous voulez comprendre les enjeux de la piraterie moderne, explique Olivier Halloui, spécialiste français de la sûreté maritime, intéressez-vous aux côtes somaliennes. Elles sont parmi les plusdangereuses au monde. » Les chiffres du Bureau Maritime International (BMI) lui donnent raison. Jusqu’à l’année dernière, les zones les plus touchées se trouvaient en Asie du sud-est, au large de l’Indonésie. Depuis, les miliciens somaliens sont entrés dans la partie. Rompus au métier des armes et prêts à tout, ils ont très vite battu tous les records de piraterie : attaques en mer (12), prises d’otages(241) et utilisation d’armes légères et de guerre, kalachnikovs, lance-roquettes (29).[1]
A en croire un article de Farhat Hussameddine, publié dans le quotidien égyptien Al-Ahram[2], il y a en Somalie, plus de 2300 pirates de la mer. « Parmi eux, on compte de nombreux soldats, des spécialistes des questions de sécurité, des interprètes professionnels, etc. (...) Ces gangs sont organisés,utilisateurs de matériel high-tech, et leurs demandes de rançon sont élevées. (...) Ces pirates sont riches et puissants. Ils possèdent souvent de nombreuses sociétés commerciales. »
A ce jour, les pirates somaliens détiennent 11 cargos, dont le Faina, un bateau ukrainien battant pavillon de Belize, intercepté le 25 septembre dernier. Dans le ventre du navire, les pirates ont trouvés 33 chars T-72modernisés, des lance-roquettes et des munitions pour maintenir leurs activités terroristes. « Le cauchemar absolu serait que des pirates prennent le contrôle d’un méthanier de plusieurs milliers de tonnes dans un détroit hyper fréquenté », ajoute M. Halloui. Une bombe flottante aux mains d’individus peu recommandables… Pour certains, ce n’est qu’une question de mois, voire de jours, pour que le monde...
tracking img