Suffit-il de bien parler pour bien penser?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1943 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Suffit-il de bien parler pour bien penser ?

Cette question nous pose ici à nous interroger sur la pertinence de l’assertion selon laquelle parler serait une condition suffisante pour bien penser. Nous le voyons, cette question n’est pas neutre puisqu’il y a deux fois le mot « bien ». Le contexte élargi donc le rapport entre le langage et la pensée, le rapport entre la rhétorique qui est l’artde faire des beaux discours et la philosophie qui cherche entre autre à bien penser.
Bien parler, c’est autrement dit bien savoir s’exprimer. Cette expression renvoie à ce que le langage populaire appelle le « beau parleur », autrement dit, celui qui sait persuader, qui subjugue les foules voire qui peut les manipuler. La véracité de l’objet de son discours ne lui importe pas ou peu, ce qui luiimporte étant l’effet produit sur son auditoire.
Comme « bien parler », l’expression « bien penser » recèle deux sens : le « bien penser » au sens de penser correctement, et le bien penser qui renvoie au bien pensant autrement dit au fameux « politiquement correct ». Cependant ici il nous apparaît que le « bien penser » au sens d’être « bien pensant » n’est pas nécessairement à prendre en compte.Le problème porte donc sur la relation entre le « bien penser » et le « bien parler ».

Pour les sophistes, l’art de bien penser passe nécessairement par l’apprentissage du bien parler, autrement dit de la rhétorique. Un sophiste, c’est celui qui n’envisage pas le langage comme le fait de parler de quelque chose mais c’est celui qui se contente de parler à quelqu’un. Le sophiste ne reconnaît pasau langage une fonction de transmission de la pensée ou de la connaissance mais reconnaît au langage une dimension de persuasion de l’interlocuteur. On constate que lorsqu’une personne ne s’exprime pas de manière claire et précise, cette dernière manifeste généralement certaines imprécisions dans sa pensée. Certes, on estime généralement que le langage n’est qu’un moyen d’extérioriser la pensée,de la transmettre. Nous penserions d’abord et ensuite, par le truchement du langage, nous ferions part de notre pensée aux autres.
Inversement, mais en poursuivant le même genre d’idée, nous considérons que le « beau parleur » n’est pas nécessairement le bon penseur. Dire d’une personne qu’elle parle bien consiste avant tout à souligner ses capacités à bien persuader, à bien enjôler des propos.Or, cela est rarement le garant d’une bonne pensée. Bien au contraire souvent. Une telle approche tendrait ainsi à nous faire constater qu’il ne suffit pas de bien parler pour bien penser. Cependant, peut-on inversement bien penser sans bien parler ? Le langage n’est-il qu’un moyen de communication de la pensée ou en est-il la condition ? Et s’il en est la condition, est-il une condition nécessaireet suffisante ?
Saussure définit le langage comme n’étant que la faculté propre à tout homme en tant qu’homme, de pouvoir parler, et de faire usage de la langue. Selon Saussure, le langage, à proprement dit, serait uniquement humain et donc articulé. De plus, cette définition sous-entend que l’homme serait amené à l’utiliser comme un instrument puisqu’il en ferait « usage ». Par conséquent, laseule vocation du langage serait de servir l’individu et, à une échelle supérieure ; l’ensemble de la société humaine. Le langage serait donc considéré que par l’usage que l’on en fait, c'est-à-dire seulement comme un moyen.
L’idée que le langage est un instrument en appelle une autre, qu’il sert à manipuler son objet en vue d’une fin quelconque. Effectivement, le langage peut-être utilisé commemoyen de pression, de domination et même de manipulation. Dès que nous posons une fin à réaliser par le langage, nous admettons que celui-ci doit être un moyen efficace de persuasion.
On appelle rhétorique l’art de bien parler en vue d’obtenir par la parole les fins que l’on poursuit. Le rhéteur est celui qui sait déployer toutes les ressources du langage pour tenter de plier la volonté de...
tracking img