Syndromes frontaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2321 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dr. Barbeau Neuropsychologie
21/01/05

Les syndromes frontaux

I) Anatomie

Le cerveau comprend 5 lobes dont le lobe frontal qui représente environ 1/3 du cortex cérébral. C’est donc une région importante qui, d’un point de vue phylogénétique, est récente et s’accroît en taille quand onse rapproche de l’homme (qui a le plus gros lobe frontal du règne animal).

[pic]
Les lobes frontaux sont composés d’un ensemble de structures assez différentes les unes des autres. Le lobe frontal est délimité par la fissure de Rolando en arrière et par la fissure de Sylvius en bas.
En avant de la fissure de Rolando, on trouve le gyrus précentral ou circonvolution frontale ascendante : ils’agit de cortex moteur qui donne directement les ordres aux muscles et qui suit une représentation somato-topique (Homonculus de Penfield).

En avant de la CFA, on distingue 3 gyrus :
- le gyrus frontal supérieur ou F1.
- le gyrus frontal moyen ou F2.
- le gyrus frontal inférieur ou F3.
Ces 3 gyrus sont séparés par le sillon frontal supérieur et le sillon frontal inférieur.

Le gyrusfrontal inférieur est divisé en parties operculaire, triangulaire et orbitaire qui forment l’aire de Broca.

Si on tient compte des aires de Brodman :
- l’aire 4 correspond au cortex moteur.
- l’aire 6 correspond au cortex pré moteur.
- l’aire 8 contrôle l’oculomotricité (Frontal Eye Field).
- l’aire 44 correspond à l’aire de Broca.
Tout ceci constitue le cortex moteur et pré moteur.

Lesautres aires du lobe frontal constituent le cortex pré frontal et c’est celui qui a évolué chez l’homme.

Dans le cortex pré frontal, on peut distinguer 3 grands aspects :
- la convexité latérale et supérieure = cortex pré frontal dorso-latéral (en bleu).
- la convexité latérale et mésiale = cortex orbito-frontal (en orange).
- la convexité mésiale = cortes pré frontal mésial (en vert).

II)Troubles du système attentionnel et de la mémoire de travail

La mémoire de travail est un système permettant de garder en mémoire des informations verbales ou visuelles pendant quelques instants (2à à 30 secondes), afin de réutiliser telles quelles ces informations (mémoire à court terme) ou d’effectuer des opérations sur ces informations (mémoire de travail).

La mémoire de travail peutêtre décrite par le modèle de Baddeley : elle est sous la dépendance de 3 systèmes :
- la boucle phonologique ⋄ rétention auditive.
- le calepin visuo-spatial ⋄ rétention visuelle et spatiale.
- l’administrateur central ⋄ allocation des ressources nécessaires à la réalisation de la tâche, en particulier en cas de double tâche.

[pic]

Il faut noter que ce système est sous la dépendance del’attention, c’est-à-dire la vigilance et le niveau d’attention.

Quelques épreuves utilisées en neuropsychologie pour évaluer la mémoire de travail :

- Empan de chiffres :
- à l’endroit avec de plus en plus de chiffres, il teste la mémoire à court terme.
- en ordre inverse avec de plus en plus de chiffre, il teste la mémoire de travail.

- Epreuve de Brown Peterson : il s’agit de répéterdes chiffres après un délai variable, sans ou avec tâche interférente.

- Trail Making Test :
Partie A : des ronds contenant un chiffre de 1 à 13 sont dispersés sur une feuille et il faut les relier le plus vite possible. Cela oblige à utiliser la boucle phonologique (il faut savoir où on en est de la série chiffrée) et le calepin visuo-spatial (il garder à l’esprit l’endroit où on est arrivétout en cherchant où se trouve le prochain ronds), sous le contrôle de l’administrateur central.
Partie B : cette fois, certains ronds contiennent des chiffres et les autres des lettres et il faut monter les 2 séries simultanément de manière croissante. Cela mobilise les systèmes attentionnels et la mémoire de travail.

La mémoire de travail dépend du cortex pré frontal dorso-latéral. Le...
tracking img