Trop bien

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1517 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE I : Son nom, Sa localisation
Il était à peu près 17 heures, et tous les élèves sauf les internes rentraient chez eux via le bus. Nous sommes dans le lycée francophone de Bratislava, la capitale de la Slovaquie. Cette école est réputée pour avoir d’excellents résultats au bac mal grès les vingt pour cent de terminal qui redouble, en moyenne chaque année. Dans le grand parc juste àcôté du lycée, une dizaine de banc sont placés en sorte à dessiner une croix vue du ciel car l’établissement est très religieux. Sur l’un d’eux était assise une jeune fille, cheveux blond, assez grande, des yeux bleus très claires et comme on dit « yeux bleu, yeux d’amoureux » pour Anastacia ce n’était pas le cas. Cette jeune fille française d’origine russe était une interne qui rentrait chez elle unweek end sur deux parce que sa famille habite à plus de deux cents kilométres de là. Souvent après 17 heures elle va au centre de documentation, pour lire ou bien pour s’avancer sur ces devoirs mais comme elle était une élève bryantes et dotée d’un grand sens de l’analyse et de compréhension elle ne révisait presque jamais. Par moment, elle retrouvait ses amis, Fred et Soléne. Soléne était uneamie d’enfance et Fred, un garçon sportif très blagueur qu’elle avait rencontré l’année dernière en seconde. Eux aussi étaient à l’internat mais rentraient chaque week end ; Ce dimanche là, c’était un jour où tout le monde était rentré sauf bien sur Anastacia et trois autres élèves, tous dans la même situation.
Parmi eux il y avait Leonardo, un albinos qui avait la réputation à cause de sa couleurd’être un monstre, comme ici en Transylvanie les légendes et autres histoires macabres sont au rendez-vous . Pleins de bruits courait sur Léonardo, chacun une histoire différente ; Certains disaient que c’était un vampire d’autres pensaient que c’était un esprit entré dans le corps d’un mort mais Anastacia le trouvait normal. De plus le fait qu’il soit d’origine italienne, qu’il ne parlait presquepas et qu’il était athée rajoute de l’inquiétude sur son sujet. Je disais donc, ce jour là les derniers étudiants ainsi que les surveillants de fin de semaine se trouvaient tous dans l’enceinte de l’école de toute façon il était interdit d’y sortir ; Mais il se passa une chose vraiment étrange, quand Anastacia aperçue le ciel se couvrir très brusquement, elle se leva du banc, courue jusqu’à laporte du lycée «  click » « click », elle était fermée, elle essaya toutes les portes mais aucunes n’étaient ouvertes. Trop tard la pluie s’abattait sur le secteur et anastacia se retrouva toute mouillé, ses vêtements lui collaient à la peau, ses cheveux ruisselaient lorsqu’elle aperçue une lumière dans le couloir. Elle n’arrivait pas à distinguer la personne il faisait trop sombre, elle cria pourqu’on lui ouvre mais la lumière au contraire était entrain de s’éloigner. Désespérée et aussi très énervée car elle détestait la pluie, elle observa autour d’elle et remarqua qu’il y avait un léger cadenas sur la porte du local à matériel, elle prit les rebords, tira et cette dernière s’ouvrit. Anastacia s’empressa à l’intérieur pour s’abriter lorsque la lumière se rapprocha à nouveau, elle secacha derrière la petite fenêtre de l’abri pour espionner la personne qui allait sortir. Elle savait que l’individu allait croire qu’elle serait partit et elle attendit avec impatience ; Le bruit des clés dans la serrure, la poignée qui s’abaissa, une silhouette qui se dessinant et là prit de stupeur, Anastacia se saisis d’une batte de baseball, l’homme qui venait de sortir ne faisait pas partitdu lycée, aussi il portait dans sa main un poignard plein de sang mais ce qui avait fait paniquer Anastacia c’était que l’homme aux mains rouges la regarda et savait qu’elle se cachait. Il marchait d’un pas ferme en direction du cabanon et mis ca capuche, la fille apeurée l’attendait la batte à la main près de la porte lorsque soudainement une ombre surgit derrière elle, c’était Leonardo.
Il...
tracking img