Une si longue lettre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6045 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La globalisation dans la pensée arabe
contemporaine
Par Mohamed Abed -Al-Jabri (*)
Parmi les questions importantes qui préoccupent actuellement l’opinion publique arabe:
intellectuels, hommes d’affaires, responsables (dirigeants) et autres, il faut noter ce que
l’on appelle présentement “la globalisation”.
Bien que ce concept soit encore un peu flou tant sur le plan théorique que sur leplan
pratique, on peut observer un certain nombre d’impressions et d’attitudes qui prévalent
à son égard dans la pensée arabe actuelle. Il serait utile à cet effet de prendre en
considération les différentes motivations et réactions relatives à cette question dans le
monde arabe.
Les mouvements islamiques, qu’ils soient modérés ou extrémistes, à l’Est ou à l’Ouest
du monde arabe, considèrent“la globalisation” comme un obstacle à la création du
“régime islamique” qu’ils espèrent mettre en place, si ce n’est comme une conspiration
à l’encontre de ce régime. Ceci est compréhensible.
Quant aux mouvements nationalistes et de gauche au Moyen Orient avec leur différence
d’opinions, de degrés d’acceptation et d’influence, ils considèrent la globalisation
comme incompatible avec lesaspirations nationalistes arabes. Ils voient en elle et dans
ce que l’on nomme “la moyen orientalisation” le rejet du monde arabe et l’incorporation
d’Israel, dans son état actuel de pays expansionniste qui n’a jamais abandonné son rêve
de “Grand Israel”, en tant que membre prépondérant dans la région. En Afrique du
Nord, par contre, l’attention des classes “modernes”, comprenant les intellectuels,les
hommes d’affaires et les dirigeants, est principalement fixée sur la question du
“partenariat” avec l’Union européenne et subissent, d’une facon ou d’une autre,
l’influence de la “littérature” française opposée à la “globalisation” ou craignant ce
qu’elle englobe de domination américaine.
Ainsi peut-on dire qu’en général, il est actuellement très difficile de trouver dans la
perspectivearabe des points de vue favorables à la globalisation, la défendant ou
mettant en valeur ses avantages. A partir de là, le chercheur se trouve obligé de se
limiter à l’exposé des éléments essentiels sur lesquels s’appuient les tendances qui
s’opposent à la globalisation ou font douter de ses objectifs, et mettent en relief ce
qu’elle renferme comme dangers pour les questions de nationalisme etde
développement économique arabes.
I-Globalisation: concept et question...
Premièrement, il faut constater que le terme de “globalisation” est apparu d’abord dans
le domaine de la finance, du commerce et de l’économie, mais très vite a dépassé ce
secteur limité. Aujourd’hui, on parle de la globalisation en tant que système ou ordre
dont l’étendue dépasse celle du secteur économique. Laglobalisation, de nos jours, est
un système mondial, ou considérée comme tel, englobant les domaines de la finance, de
la commercialisation, des échanges, de la communication, etc, ainsi que ceux de la
politique, de la pensée et de l’idéologie. Quand un terme spécialisé est utilisé au-delà du
champ limité de spécialisation ou il est apparu la première fois, il devient la propriété de
tous, et unsujet de discussion universel. L’attitude qui prévaut dans le monde arabe,
ainsi que dans la plus grande partie de l’Europe et des pays en voie de développement
concernant le sujet est basé sur l’aspect général et universel de cette question. Il ressort
de ce qu’on a pu étudier de cette “littérature” qu’on peut donner une idée sur la
conception la plus répandue dans tout le monde arabe, del’Est à l’Ouest, sur ce sujet
qui nous préoccupe tous. Il est possible que l’interprétation la plus répandue des termes
“globalisation, mondialisation” soit le processus de rendre une chose globale mondiale,
c’est-à-dire son transfert d’une limite contrôlée à quelque chose d’illimitée, loin de tout
contrôle. L’entité limitée à laquelle nous nous référons ici est essentiellement l’Etatnation...
tracking img