Vincent vittoz

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (310 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dimanche, sur la ligne d'arrivée, tout le petit clan tricolore s'était réuni pour attendre l'arrivée de Vincent Vittoz, son champion. Un grand panneau avec inscrit dessus «Merci Toz, génie du ski ». Une bouteille de champagne pour marquer le coup et derrière les lunettes de soleil, des yeux humides. Une fois de plus. A titre personnel, cet hommem'aura fait pleurer à deux reprises. La première, c'était le 7 février 2004, vers 13h45. C'était à La Clusaz à l'occasion de la Coupe du monde disputée sur le plateau desConfins. Avec Christophe Perrillat, Alexandre Rousselet et Emmanuel Jonnier, Vincent offrait à la France son premier succès dans un relais de Coupe du monde. Une inoubliableMarseillaise a capella dans le ciel de La Clusaz, et des larmes partagées par tous.

Un peu plus d'un an plus tard, le 20 février 2005, une dernière ligne droite du Cluse allaitentrer dans la grande histoire du ski nordique français. A la lutte avec l'Italien Di Centa et le Norvégien Estil, ''Toz'' devenait champion du monde de la poursuite. Pour lapremière fois, l'hymne français retentissait dans les Mondiaux de ski nordique. La ligne franchie, allongé, le visage dans la neige, Vincent trouva juste la force de lever lepoing. Epuisé. Il venait de réussir là où Hervé Balland, médaillé d'argent en 1993 sur 50 km libre, et Jean-Paul Pierrat, bronzé en 1978 sur 50 km classique, avaient échouéde peu. Là encore, dans l'aire d'arrivée, tout le petit clan français présent sur place ne put retenir sa petite larme. « Ce soir, nous allons monter dans les nuages,commentait alors l'entraîneur Roberto Gal. Sans doute pas très loin du paradis... » Quel beau voyage ! Le lendemain, le nouveau champion s'affichait en grand à la Une de L'Equipe.
tracking img