Violences urbaines

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1310 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les violences urbaines

Elles répondent à deux approches totalement opposées, complémentaires, mais contradictoires : l’approche sociologie et anthropologique. La violence urbaine suscite de nombreuses publications depuis plusieurs années parce qu’elle choque notre conception de la vie. Les sociétés occidentales ont pensé avoir éradiqué la violence de la vie publique et privée ; or cetteviolence refait son apparition dans le domaine public. Françoise Héritier a cherché à étudier le phénomène de violence sous ses différentes formes lors de plusieurs colloques.
La question de la violence est particulièrement complexe à étudier car ses formes ont varié selon le temps et les cultures. Dans certains groupes, la violence est tolérée, alors que dans d’autres, elle est totalement prohibée,bannie. La violence dérange et devient alors scandaleuse.
Dans la société occidentale, la violence a été évacuée selon un processus lent et long ; c’est ce qui est communément appelé civilisation. Norbert Elias s’est penché sur ce problème de la prohibition de la violence. Dans l’évolution de la société, la violence privée a été prise en charge par l’Etat. L’homme ne peut plus se venger et laviolence légitime n’appartient plus qu’à l’Etat.
La violence privé a fait une résurgence dans l’espace public depuis une quinzaine d’années. Le sport est peut être caractérisé comme un déplacement de la violence vers un auto contrôle. Ted Gurr souligne le fait que la violence peut s’interpréter comme une réaction à une situation de frustration en raison du décalage entre une aspiration élevée et lapossibilité d’une réalisation médiocre. C’est ce qu’il appelle l’anomie.
Définition de la violence urbaine.
Les formes de la violence collective des jeunes ont lieu autant dans l’espace public de la banlieue due du centre ville. Ces formes de violences sont faiblement organisées et doivent être distinguées de la délinquance des mineurs . La violence urbaine va du plus simple vandalisme àl’émeute et à la guérilla urbaine ; elle passe par une grande diversité de formes. Ces formes de violence sont :
razzia dans les commerces ;
rodéo de voitures volées ;
racket et dépouilles ;
rixes entre bandes
provocation et injures verbales ou gestuelles contre les adultes du voisinage et les agents des institutions ;
agression physique ;
trafics divers dont la drogue ;
attaque decommissariat et de bâtiments publics ;
saccages et pillages divers.
La question des violences urbaines est ancienne : il y a eu des émeutes urbaines à Chicago (1919), Harlem (1935), dans diverses villes de USA ( 1943), à Watts et Détroit (1962), à Los Angles (1992) - pour cette dernière émeute, il faut noter que la communauté chinoise est intervenue violemment pour mettre fin aux pillages des bandesd’afro-américains.
En France, la première émeute date de 1981 aux Minguettes (banlieue de Lyon), puis à Vaulx en Velin (1990), Sartrouville et Mantes-la-Jolie (1991), Toulouse le Mirail et Montauban (1999) Quant à Strasbourg, les émeutes sont périodiques (quartier Cronembourg).
Perspective sociologique
En France, les cibles de la violence sont homogènes : les institutions publiques (police,EDF/GDF, poste, écoles, transports, commerçants). Il s’agit essentiellement d’institutions qui sont en rapport avec les moyens d’intégration et qui proposent quelque chose qui n’existe pas ou peu dans le pays d’émigration. L’attitude envers ces institutions est comme si la confiance avait été perdue.
D’autre part, les affrontements entre bandes existent comme aux Etats-Unis, mais à une moindremesure. Les formes de la délinquance aux Etats-Unis ont baissé depuis les années 80. Le déclin de la criminalité est due à l’efficacité de la politique répressive (politique de tolérance zéro, ce qui permet à certains sociologues français de montrer le système américain comme un des plus répressifs.
La violence est toujours décrite comme gratuite, sans revendication. Elle prend pour cible...
tracking img