Zadig

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1844 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En écrivant Zadig, publié en 1747, Voltaire s'inspire des contes des Mille et une Nuit. Il réinvestit sous une nouvelle forme littéraire argumentative, la rhétorique de l'exotisme, en choisissant pour cadre symbolique la cité de Babylone, où le héros éponyme est livré à de nombreuses mésaventures et donne ainsi une vision du monde où le poids du hasard détermine en grande partie la destinée.Voltaire en a fait un divertissement tout en interrogeant la question de la Providence et du Bonheur à travers le parcours de Zadig, dont le nom désigne «celui qui dit la vérité».
L'extrait étudié va de «Vous êtes vraiment de grands ignorants ...» jusqu'à «... il n'y a pas là de quoi se quereller».
Résumé:
"Zadig" est un ouvrage écrit par Voltaire, philosophe du siècle des Lumières. Cetouvrage est une histoire orientale publié en 1747.
L'extrait ici étudié va de «un jour, se promenant…» jusqu'à «… un peu boiteuse, si je l'ose dire» relatif au chapitre "Le chien et le cheval".
Un philosophe des Lumières peut-il faire passer ses idées dans une histoire orientale ?
Extrait du document:
La question est «Zadig est-il un conte ?».
Pour répondre à cette question il nous faudravoir si les éléments constituant un conte sont présents, ce qui nous permettra de justifier la question. La plupart du temps dans les contes, on peut voir une structure de texte bien spécifique comme le mot de commencement typique du conte qui ici est «un jour»(l1). On peut aussi voir le plan avec la situation initiale, le jour se promène dans «le petit bois»(l1), suivie de l'intrigue ou le nœud del'aventure, l'accusation de Zadig pour le vol du «chien de la reine»(l7) et du «plus beau cheval […] [du] roi»(l18-19) et pour finir la situation final où il prouve son innocence «devant l'assemblée du grand Desterhan»(l35).
Le dernier élément qui porte sur la structure du conte serait que l'histoire du conte se termine toujours bien comme on a pu le voir dans l'extrait présent de Zadig ou ilnous démontre son innocence, il justifie ses paroles avec «j'ai vu des traces de sables […] petit chien» (l54)… Qui fait devenir le héros le petit protéger du roi, et que donc Zadig a une fin heureuse.
On peut donc dire que ce texte et ouvrage a la structure du conte, il nous reste maintenant à voir s'il comporte les autres critères.
« Un jugement trop prompt est souvent sans justice », telssont les mots de Voltaire. En effet l'auteur apparaît comme le champion de la justice au sein de cette société vénale du 18e siècle. Il a obtenu la réhabilitation du protestant Cabas, accusé sans preuve et exécuté dans une atmosphère de passion fanatique. Zadig réunit parfaitement les éléments constitutifs du comte philosophique : un style directe, clair et volontiers ironique, une audaceirrespectueuse et une signification symbolique au service des Lumières. C'est ainsi que dans cet extrait l'auteur fait la satire du système judiciaire tout en y introduisant un regard moqueur sur l'entourage servile voir docile du roi.
Voltaire aborde la critique du système judiciaire par le biais de l'anecdote, c'est-à-dire sous forme de petite histoire divertissante ou pittoresque. Cette condamnationn'est pas notée en toutes lettres, c'est à l'intérieur de ce qui se passe et de ce qui arrive au protagoniste qu'il faut dégager la critique voltairienne en l'occurrence celle de la justice pour ce passage.
Zadig est accusé par l'eunuque et le grand veneur, deux personnages fort intéressés, d'avoir volé la chienne et le cheval de la reine. Cette simple affirmation émanant des serviteurs royauxsuffit au tribunal à condamner immédiatement le protagoniste. Ce dernier est donc blâmé sur de simples soupçons, voir apparences. En outre cette condamnation remonte aux allégations émises par de cupide témoins et donc nullement impartiaux. Aucune instruction n'est entamée, l'inculpé ne jouit pas de la présomption d'innocence, nous sommes donc confrontés à un non-respect du principe « in dubio...
tracking img