A une passante de beaudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1106 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Baudelaire est né en 1821 et meurt en 1867. Il ouvre une voie à la poésie moderne. D’ailleurs Rimbaud reconnaitra en lui : «  le premier voyant, le roi des poètes ». Dans Les fleurs du mal publié en 1857, il exprime à la fois son aspiration à l’amour absolue, à la beauté absolue ce qu’il appelle l’idéal et une mélancolie un sentiment aigue de l’imitation, d’impuissance et finalement d’ennui: lespleen. Dans la section « Tableau parisien », il explore cette double sensation dans le contexte particulier de la ville moderne, immense, monstrueuse, insaisissable. Nous allons donc étudier A une passante qui est un sonnet en alexandrin.
LECTURE
Nous allons voir en quoi ce poème exprime un sentiment moderne, celui de ne rien pouvoir saisir ou retenir.
Nous verrons d’abord comment estcaractérisée cette femme, comment elle apparait dans le poème puis nous verrons le retentissement de cette apparition fugitive dans l’esprit du poète.

I) L’apparition

Déjà d’après le titre, nous remarquons que le destinataire n’a pas de nom. Or dans la poésie amoureuse on s’adresse à la femme aimée qui est nommé. Ici non, car l’amour n’a même pas eu le temps d’avoir lieu, la femme n’a étéqu’entrevu dans l’anonymat de la ville ou tout va trop vite.
Le contexte urbain de cette apparition est suggéré des le 1er vers : « la rue assourdissante autour de moi hurlait ». La rue est personnifié par le verbe hurler. Elle est assimilée à une sorte de monstre. Le poète est comme prisonnier de ce bruit. Ceci est suggéré par les allitérations des « s » des « r » qui font entendre un bruit.
Dans cecontexte arrive cette femme. On a l’impression au second vers de la voir s’approcher, grandir dans noter champ de vision. Cette apparition est suggérée par la longueur croissante des adjectifs apposés: « longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse ». L’effet étant renforcé par la diérèse majes/tueuse et fas/tueuse, on entend le mot tueuse dans cette diérèse ce qui prépare la fin du poème etannonce que la femme sera terrible. Après cette énumération d’adjectif vient le sujet de la phrase et le verbe « passer » au passé simple. Elle arrive, l’action est brève, elle est passé très vite devant lui. À nouveau on retrouve des adjectifs au vers 4. Ces adjectifs verbaux nous donnent l’impression de la voir s’éloigner. Cette femme est complimentée, magnifiée par le vocabulaire, celui del’éloge: « longue »; « mince »; « majestueuse » au vers 1; « agile »; « noble » au vers 5. Cela est aussi renforcé par la musicalité du poème, l’élégance de sa démarche, de son allure est rendu au vers 4 par le rythme binaire, les mots vont par deux : « soulevant, balançant » ; « le feston et l’ourlet ». Cela donne une impression de ralentit. De plus les sonorités jouent un rôle, la présence des « s »peut faire entendre le frottement de sa robe, le froufrou du tissu. L’allitération des « l » peuvent connoter l’idée d’élégance, de souplesse, de sensualité.
Cette femme est presque assimilée à une déesse, la déesse d’un monde sans dieu qui est le monde de la ville. En effet par une métaphore son œil est assimilé à un ciel et donc à quelque chose de transcendant, d’immense. Au vers 10 : «  dont leregard m’a fait soudainement renaitre », elle a donné vie au poème. Cette divinité va disparaitre au détour du 1er tercet: «  Un éclair … Puis la nuit ! », dans un sonnet c’est une charnière; cette passante qui incarnait la beauté a disparu et elle laisse le poète dans le désespoir.

Nous allons nous maintenant nous intéresser au poète et à ses états d’âme, à ce « moi » très fragile qu’estcelui du poète.

II) Le désespoir du poète

Le poète apparait des le 1er quatrain comme un personnage tendu, instable. Il se dit crispé comme un extravagant » vers 6. Cette tension dans l’esprit du poète semble se sentir dans la construction des phrases qui sont un peut déstabilisantes à la lecture : au vers 5 on a en début de strophe des adjectifs apposés ( agile/noble) qui font...
tracking img