L'abstentionnisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6401 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'Abstentionnisme

Définition de l’abstentionnisme

Non-inscrits, faux-inscrits, votes blancs et nuls.

Le terme abstention est celui qui est généralement employé pour désigner le nombre de personnes n’ayant pas pris part à un vote.
Classiquement ce nombre est obtenu en effectuant la différence entre le nombre de personnes inscrites sur les listes électorales et le nombre de personnesayant pris part au vote.
Or, en prenant comme base d’étude cette définition classique de l’abstention, on peut déjà constater que les chiffres excluent de fait les personnes non-inscrites, et que l’abstentionnisme est rapporté à un électorat inscrit sur les listes électorales et non pas à un électorat potentiel regroupant toutes les personnes en droit de voter.
Cet électorat potentiel, s’ilne prend pas en compte les personnes privées de leur droits civiques, les mineurs ou encore les personnes psychologiquement ou mentalement incapables de voter, regroupe en revanche toute une série de personnes théoriquement en droit de voter mais qui, dans la pratique , sont dans l’impossibilité de le faire faute d’être inscrits sur une liste électorale.
Ces non-inscrits recouvrent en France desréalités différentes : il peut tout d’abord s’agir de sans-domicile-fixe (puisqu’ il faut pouvoir justifier d’un domicile pour s’inscrire sur une liste électorale ).
Mais il peut s’agir aussi des personnes qui n’ont jamais fait la démarche de s’inscrire ou qui, après un changement de lieu de résidence, ont été radiées des listes d’une commune sans être réinscrit ailleurs.
Tout cela donne unnombre non négligeable de non-inscrits que différentes statistiques situent en France selon les périodes entre 5 et 15 % de la population en âge de voter. Ainsi, sur la période allant de 1954 à 1964, Alain Lancelot calcule des taux de non-inscription allant de 4,5 à 10,1 % par rapport au nombre d’électeurs potentiels#.
René Rémond avance lui pour l’immédiat après-guerre un taux de non-inscrits serapprochant de 15% #, tandis que Nonna Mayer et Pascal Perrineau citant une étude INSEE de Jean Morin annoncent pour la fin des années quatre-vingt un taux d’inscription d’environ 90 % #, chiffre qui vient confirmer celui annoncé par Annick Percheron à la suite des élections législatives de 1986 # et qui est aujourd’hui l’estimation la plus répandue.

A contrario, comme le soulignent FrançoiseSubileau et Marie-France Toinet dans leur étude sur l’abstentionnisme en France et aux Etats-Unis, les listes électorales « comportent un nombre non négligeable de personnes qui ne devraient pas y figurer : ce sont les faux inscrits, personnes décédées ou ayant déménagé et réinscrites ailleurs, qui n’ont pas été radiées# ».
En France, les fausses inscriptions concernent principalement lespersonnes âgées, en raison notamment d’un certain nombre de décès qui n’ ont pas été répertoriés. M.F Toinet et F.Subileau notent en effet d’après un calcul effectué sur 5 scrutins de 1979 à 1981 (élections européennes, présidentielle et législatives) que
« l’abstentionnisme constant était particulièrement élevé chez les personnes âgées de quatre-vingt-cinq ans et plus ( 33% contre 7% seulement pourles quarante-cinq / soixante-cinq ans) # ».
Reste en outre un certain nombre de fausses inscriptions que l’on peut imputer à des fraudes, mais il semble très difficile d’en évaluer l’importance avec précision et l’ on peut supposer que ce phénomène altère plus les résultats des suffrages exprimés que les taux d’abstention.
Au total, Toinet et Subileau estiment que le pourcentage des fauxinscrits s’élèverait aujourd’hui en France à 5 % du corps électoral (2% dus à des décès, 3 % à des départs) #.
Il existe donc plusieurs éléments qui tendent à remettre en cause les taux d’abstention tels qu’ils sont calculés classiquement . La différence entre électorat potentiel et électorat inscrit peut ainsi faire à elle seule l’objet d’une étude approfondie.
Mais si les modes de calcul de...
tracking img