L'apartheid

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4422 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TRAVAIL DE FIN D'ETUDES

L'APARTHEID OU

L'AME HUMAINE, DE L'EXTREME NOIRCEUR A LA BLANCHEUR

TABLE DES MATIERES.
INTRODUCTION : page 3

Les origines de l’apartheid : page 3
L’apartheid : page 4
La fin de l’apartheid : page 5

L’AFRIQUE DU SUD DURANT L’APARTHEID (carte) : page 6

L’AFRIQUE DU SUD APRES L’APARTHEID (carte) et comparaison des cartes : page 7LA DECLARATION D’INVESTITURE DE NELSON MANDELA : page 8

NELSON MANDELA : page 10

Mandela et son combat durant l’apartheid : page 10
Mandela après l’apartheid : page 10

ANALYSE DU DISCOURS : page 11

DOCUMENT REMARQUABLE : page 13

LIGNE DU TEMPS : page 14

BIBLIOGRAPHIE : page 15

INTRODUCTION
L’apartheid est un régime de ségrégation des populations decouleur en Afrique du Sud, conséquence de la colonisation de ce pays en 1652. Le pouvoir des blancs en Afrique du Sud n’a fait que grandir pour aboutir à des conflits parfois sanglants entre colonisateurs et population locale, bien que l’apartheid proprement dit ne débute qu’en 1948.

Les origines de l’apartheid

Le peuplement de l'Afrique du Sud
Les premiers habitants attestés du territoire actuelde l'Afrique du Sud sont les chasseurs-cueilleurs khoisans (Bochimans et Hottentots). Au XVIe s. apparaissent les Bantous, qui se fixent plus au sud.
C'est en 1652 qu’est établi le premier comptoir européen en Afrique du Sud, à Table Bay pour servir d'escale aux navires de la Compagnie hollandaise des Indes orientales. Peu après, la révocation de l'édit de Nantes par Louis XIV (1685) provoqueune émigration massive de Calvinistes français vers l'Afrique du Sud. Leur arrivée coïncide avec le début de l'esclavage des Noirs ; les Européens gagnent ensuite l'intérieur du pays.
Les pionniers hollandais s'implantent ainsi dans l'Est, où ils affrontent les Bantous. Au cours du XIXe s., les Boers se heurtent aux Britanniques, à qui le congrès de Vienne (1814) a attribué Le Cap. Les Boers leurreprochent une politique jugée trop favorable aux Noirs, notamment à la suite de l'abolition de l'esclavage en 1833.
Afin de préserver leur mode de vie, les fermiers hollandais amorcent à partir de 1834 un mouvement migratoire vers l'intérieur du pays, le Grand Trek.
Ce sentiment d'élection divine marque durablement la population calviniste franco-hollandaise et détermine pour une bonne partl'évolution historique ultérieure de cette partie du monde. À la suite du Grand Trek, les Boers fondent l'Etat libre d’Orange (1854) et le Transvaal (1852). La fin du XIXe s. est marquée par la découverte dans les républiques boers de gisements d'or et de diamants qui attirent des immigrants britanniques vers l'intérieur du pays. De nombreux conflits éclatent au sujet de la propriété du sol.
La Guerredes Boers qui s'ensuit éclate en 1899 et, suite à la victoire britannique, s'achève avec la confirmation officielle en 1902 de la souveraineté britannique sur l'Union sud-africaine. L'ensemble du territoire devient un dominion de l'Empire britannique où se juxtaposent le système libéral anglais dans les anciennes colonies britanniques et les fortes traditions religieuses des premiers immigrantscalvinistes, hollandais et français, qui se nomment eux-mêmes les « Afrikaners » (« Africains », en ancien hollandais).
Sous l'impulsion du Parti national, le fort sentiment antibritannique des Afrikaners se maintient durant l'entre-deux-guerres. Ceux-ci cherchent à compenser leur faiblesse économique en adoptant une stratégie d'accession aux divers échelons du pouvoir politique. Leurs effortssont couronnés de succès lorsqu'un gouvernement boer nationaliste, présidé par James Hertzog (1924-1939), parvient à faire reconnaître par le Royaume-Uni la souveraineté du pays (1926).

L’apartheid

Un outil de gouvernement

Le gouvernement met en place une politique de ségrégation raciale inspirée des premières lois ségrégatives édictées dès 1913 et nourrie, d'un côté, par le désir de...
tracking img