L'argumentation dans la communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2439 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Philippe Breton, L’argumentation dans la communication.

Savoir argumenter a pour objectif de convaincre et est une nécessité dans la vie de tous les jours, c’est une alternative possible à l’usage de la violence physique, même si convaincre n’est pas toujours exempt de violence.

* Convaincre : c’est l’une des modalités essentielles de la communication.
Exprimer, informer convaincre nese confondent pas mais ont toutefois des frontières assez floues.
L’argumentation implique un émetteur et un récepteur ; argumenter s’inscrit donc bien dans le triangle traditionnel de la communication.

* La nouvelle rhétorique : Chaïm Perelman met en chantier la « nouvelle rhétorique » et définit l’argumentation comme « l’étude des techniques discursives permettant de provoquer oud’accroitre l’adhésion des esprits aux thèses qu’on présente à leur assentiment ».

* Séduire, démontrer ou argumenter ?
Convaincre est souvent le lieu d’une certaine violence puisque la manipulation psychologique y est largement utilisée. De nombreuses formations à la communication sont en fait des apprentissages de procédés visant à enserrer l’autre dans un piège mental.
On peut convaincreaussi à l’aide de méthode plus douce comme la séduction ; la pratique consistant à toucher l’autre par exemple relève de ces méthodes.
L’argumentation est un puissant moyen de faire partager à autrui une opinion et s’écarte aussi bien de l’exercice de la violence persuasive que du recours à la séduction ou à la démonstration scientifique.

* Un objet complexe qui joue sur tous les registresdu convaincre.

Chapitre 1 : Le champ de l’argumentation.

Argumentation profondément liée au langage humain dont elle est l’une des possibilités majeures.
Depuis quand l’homme a-t-il construit un savoir sur l’argumentation ?

* Naissance de la rhétorique.
En Grèce antique au 5ème siècle avant J.C désignant tout aussi bien l’argumentation, le raisonnement et la recherche d’un ordredu discours que la manipulation des opinions et des consciences.
Affirmant alors que tout est argumentable et que l’orateur est plus un homme de pouvoir qu’un homme d’éthique et d’opinion.
Jusqu’à la fin du 19ème siècle, la rhétorique va être le centre de tous les enseignements.

* Un acte essentiel.
Argumenter = communiquer => implique donc des partenaires et un message.Argumenter ≠convaincre à tous prix ; suppose donc une rupture avec la manipulation. 
Argumenter = raisonner, proposer une opinion à d’autres en leur donnant de bonnes raisons d’y adhérer.
Le bon usage de l’argumentation implique une rupture avec l’univers des techniques d’influence coercitive.

a) Argumenter, c’est communiquer.
Le privilège donné généralement à l’information dans lacommunication a conduit à la diffusion d’un schéma standard, mettant en scène l’émetteur, le message, le récepteur dans une perspective linéaire (cf. Schéma de Shannon et Weaver) ; toutefois, il ne s’applique pas à l’acte d’argumentation.

* Le triangle argumentatif.

* L’opinion de l’orateur appartient au vraisemblable, elle existe en tant que tel et n’est pas forcément destiné à devenir unargument.

* L’orateur est celui qui argumente, il se place en posture de transporter son opinion jusqu’à un auditoire et de la lui soumettre, pour qu’il la fasse sienne.

* L’argument défendu par l’orateur est l’opinion qui a été mise en forme pour convaincre.

* L’auditoire peut s’agir d’une personne, d’un public ou même de l’orateur lui-même (dans le cas où il veuts’auto-convaincre).

* Le transport de l’opinion vers l’auditoire.
Objectif recherché : qu’une opinion s’intègre dans un contexte de réception.

Schéma de la communication argumentative :

Pourquoi faut-il distinguer opinion & argument ?
En argumentation, il faut renoncer à ce décalage, sans pour autant renoncer à l’idée qu’il y a une différence entre l’opinion et sa mise en forme.
Il...
tracking img