L'enfant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1338 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’enfant, hugo, Les Orientales.
Guide pour un commentaire littéraire de ce poème.

Méthode : donner à l’élève la feuille élève, et lui donner le corrigé après avoir vu son travail

Introduction :
1/ D’où est tiré ce poème ? Dans quel contexte le recueil s’inscrit-il ?
2/ Quel est le thème principal de ce poème ? Quel autre artiste avait évoqué le même événement ? Hugo connaissait-ilcette œuvre ?
3/ Quelles grandes parties vais-je développer dans ce commentaire?
Essayez :
Ce poème évoque les méfaits dévastateurs de la guerre.
C’est un poème romantique par ses thèmes
C’est un poème dramatique et militant en écho au tableau de Delacroix, Les massacres de Chio.

Développement :
Lisez attentivement la colonne de gauche puis la colonne de droite et voyez comment chaqueargument s’appuie sur un élément d’analyse du texte et comment chaque paragraphe développe un argument.
Plan de la partie 1 :
1. Ce poème évoque les méfaits de la guerre :
1.1. Le moment du poème est l’après guerre, l’après bataille :
- les temps nous le disent : un passé composé, des présents
- les oppositions entre le passé vu de façon idyllique et le présent (le soleil/ « sombreécueil », « ruine et deuil » s’opposent à la joie décrite  (cf les
- dans chaque strophe pas de description mais un terme qui vient évoquer la guerre, s’ajoutant ainsi au précédent pour former un champ lexical qui couvre tout le poème .
1.2. Les personnages hormis le poète sont des acteurs de cette guerre :
- l’ellipse initiale renvoie à des brutes (allitération en « k » pour marquer labarbarie.
- l’enfant s’enfermera dans la logique de la vengeance et le contraste entre son aspect angélique et la brutalité de ses propos dénonce les méfaits de la guerre sur lui.

Rédaction :
Le poème ne fit qu’évoquer la guerre mais elle est présente partout, du début à la fin.
La référence à la guerre rappelle le tableau de Delacroix : si Hugo avait voulu seulement évoquer laguerre il aurait pu mentionner la mort de Byron à Missilonghi ; mais il veut, comme Delacroix, jouer sur le pathétique. Le lieu est ici le décor du drame. Le premier vers ne fait qu’une évocation rapide et nous présente une ellipse : « Les Turcs ont passé là ». Ce procédé semble accélérer notre compréhension : nous sommes mis devant un fait accompli et l’emploi du passé composé nous invite à devinerles conséquences présentes de ce « passage ». D’ailleurs le poème continue au présent, non pour raconter l’indicible mais pour évoquer le contraste entre le passé et le présent. Le passé est vu comme d’autant plus idyllique qu’il est présenté dans sa durée, à l’imparfait :« ombrageaient », « reflétaient » renvoient à un temps mythique . Pour symboliser les splendeurs passées de Chio Hugo utilise desmétaphores visuelles très colorées, les vins, les ombres, les reflets des bois, les formes des filles ; le bonheur évoqué est symbolisé par des chants, des danses, des vignes, qui s’opposent à la « ruine » et au « deuil », aux « murs noircis » du présent. Le souvenir de ce qui s’est passé est si douloureux que des mots , de simples mots parsèment les strophes du poème, comme si le poète nepouvait pas raconter ; pourtant le réseau lexical de la guerre existe bel et bien : « ruine et deuil », « désert », « pleurs », « fer », « chagrins », « de la poudre et des balles ».
Peut-être la phrase de Macbeth mise en exergue renvoie-t-elle à notre nature la plus secrète.
Or hormis le poète, les humains personnages de ce poème sont acteurs de cette vilaine guerre : la brutalité desmassacres est rendue par l’ellipse initiale et par les allitérations dures en « k » (« turcs », « Chio », « qu’ », « qui », « coteaux, « quelquefois », « chœur ». L’enfant, lui, être de douceur et de fragilité, caractérisé par sa beauté, va réclamer « de la poudre et des balles », faisant ainsi mentir son aspect angélique et ressortir les irréparables influences de la guerre : il ne pense pas...
tracking img