L'enfer c'est les autres - sartre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1199 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
" L'enfer c'est les autres "
(Jean-Paul Sartre)

Le slogan de mai 68, "Faites l'amour pas la guerre", voulait donner une plus grande importance à la liberté et à l'amour sur la planète, mais il a surtout conduit à une sexualité libérée et sans frontières, qui impliqua une explosion démographique durant ces quarante dernières années. Outre les maux "physiques" comme les famines ou latransmission débridée de certaines maladies incurables, cette augmentation soudaine du nombre d'humains a aussi été la source de maux plus psychologiques.
On comprend dès lors que Jean-Paul Sartre ait écrit en 1987 dans son ouvrage, Huis Clos, "L'enfer c'est les autres". Il voulait dire par là que la présence des autres peut constituer un véritable supplice pour nombre d'entre nous.
Lesgens qui nous entourent sont-ils vraiment des créatures machiavéliques qui nous mènent la vie dure ? Ou y a-t-il de bons côtés à la proximité de nos semblables ?

Une première source de tension entre l'individu et la société peut être le fait qu'elle l'empêche d'être lui-même, d'être celui qu'il veut être.
Le regard des autres peut, en effet, être un problème aux effets insoupçonnéssur certaines personnes, c'est ce que Sartre appelle "l'anxiété sociale". Elle peut avoir plusieurs visages.
Premièrement, le trac : l'individu se retrouve face à un groupe de personnes dont il sent le regard jugeur ce qui diminue sa confiance en lui et l'empêche de réaliser sa meilleure performance, qu'elle soit sportive, musicale ou même lors d'un simple discours. Deuxièmement, la timidité :l'individu est gêné par une situation nouvelle et inconnue, il a peur de ne pas s'intégrer, d'être rejeté. Et finalement, la phobie sociale: l'individu a une peur panique de se faire humilier ou agresser par la société et évite donc toute situation ou de telles horreurs pourraient lui arriver.
Dans de pareils cas, on comprend bien que la personne, avant de se demander si elle-même n'est pasla cause de ses troubles, puisse penser que les autres en sont la raison. On trouve donc là, un caractère infernal à la société.

Une seconde source de tension pour l'individu face à la masse peut être le fait qu'elle l'empêche d'être totalement libre, elle le contraint à des lois, des règles et des limites.
Le cas d'une mère de famille, par exemple, semble le plus parlant. Elle estcontrainte à assumer, partiellement ou totalement, la sécurité, la santé, l'éducation et le bonheur de ses enfants. Tout ceci étant fort préoccupant, elle n'a que peu de temps à consacrer à sa vie de femme et d'épouse et, lorsqu'elle en a, de nombreux soucis d'organisation pour les jours suivants la hantent. Elle n'a donc plus aucune liberté car le moindre de ses actes a des répercutions plus ou moinsgraves sur la vie de ses enfants, de sa famille. La vie de cette femme est cadrée, limitée et ne permet aucune fantaisie, aucun imprévu. La même femme aurait pu avoir une vie complètement différente si elle avait vécu dans une société plus permissive ou si elle n'avait pas eu d'enfants.
Cette vie a donc été rendue monotone par les contraintes et les idéaux sociaux imposés aux mères de familleresponsables Tous ces facteurs qui font de sa vie un "enfer" sont donc extérieurs, viennent des "autres".

Les autres, par leur masse, sont des sources de stress et d'anxiété ainsi que des facteurs limitant la liberté et l'épanouissement de chacun. Mais il peut aussi y avoir de bons côtés à cette vie en société…

Un premier bienfait de la proximité des autres, est qu'elle nous aide à mieuxnous connaître, nous comprendre, nous ouvrir aux différences. Les autres sont un miroir pour l'individu. Si le regard des autres peut être un problème, le regard que l'on porte sur soi l'est tout autant.
L'exemple du vieux voisin raciste dans la bande dessinée "Nathalie" est criant de vérité. Tout au long de l'intrigue, il échafaude des plans pour que la tante métisse de Nathalie parte du...
tracking img