L'epargne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1652 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Allocation de l’épargne : des déséquilibres de balances de paiements courants aux déséquilibres entre épargne et investissement
Catherine Lubochinsky
Cercle des économistes

L’allocation de l’épargne, mondiale et domestique, interpelle, depuis le début des années 2000, les économistes qui tentent non seulement de l’expliquer, mais aussi d’en évaluer les conséquences et les enjeux à longterme. De nombreux aspects sont liés à cette problématique. Ceux retenus ci-dessous portent sur les déséquilibres des balances de paiements courants et sur le problème de l’ajustement entre l’épargne et l’investissement. 1) Les déséquilibres entre région : les pays émergents d’Asie financent les USA L’ampleur et l’augmentation des déséquilibres depuis 2000 s’appréhende à l’aide quelques chiffressignificatifs : en 2005, le déficit budgétaire américain s’élève à 318 milliards de dollars (seulement 2,6 % du PIB ; le critère de Maastricht est respecté !) et surtout le déficit de la balance des opérations courantes atteint un sommet en atteignant 805 milliards de dollars (soit plus de 6% du PIB et deux fois plus qu’en 1999 !). Pour financer ce déficit, le Japon enregistre, la même année, unexcédent de 163,9 Mds $, les pays émergents d’Asie (essentiellement Chine et Inde), un excédent de 155,4 Mds $, le Moyen Orient 196 Mds $ et les « autres » économies développées (au sens FMI i.e. hors USA, zone Euro et Japon) un excédent de 127,8 Mds $ (source FMI, World Economic Outlook, Avril 2006). Seule la zone Euro est « neutre » avec un excédent de 2,5 mds $...mais elle n’est pas « neutre » quantaux conséquences de ces déséquilibres mondiaux sur son activité économique et le cours de change de sa devise. Le solde de la balance des opérations courantes étant le miroir du solde de la balance des opérations financières, une telle répartition de ces déséquilibres conduit Agnès Benassy à souligner qu’il ne semble donc pas exister de relation entre niveau de développement et solde extérieurcourant (en pourcentage du PIB) mais surtout à trouver « choquant » le fait que l’épargne des pays pauvres finance les pays riches ! De tels mouvements de capitaux sont également surprenants puisque l’épargne devrait théoriquement s’orienter vers les pays où la productivité marginale du capital est élevée. Or le principe de la décroissance des rendements marginaux conduirait à penser que les flux decapitaux devraient aller vers les pays où le stock de capital est insuffisant : les pays émergents…Cependant, l’insuffisance des infrastructures, de l’éducation de la population et du cadre juridique expliquent la faiblesse structurelle des flux de capitaux vers les économies émergentes. Quelles explications peuvent être avancées pour expliquer ces déséquilibres ? Trois types d’approches sontutilisés pour expliquer les flux réels et financiers internationaux : - l’approche la plus ancienne privilégie les facteurs déterminant les exportations et importations de biens et services en fonction du revenu et des cours de change. C’est le compte financier qui s’ajuste. Avec une telle approche, le seul moyen de réduire le déficit de la balance des opérations courantes est une dépréciation de ladevise du pays à fort déficit extérieur. Les Etats-Unis ont une élasticité de la

demande d’importations au revenu plus élevée que dans les principaux pays et leur croissance économique soutenue expliquerait leur déficit extérieur. Ce dernier n’étant pas soutenable à long terme, on aurait dû assister à une dépréciation du dollar bien plus forte que celle enregistrée jusqu’à présent. - Une autreapproche consiste à recourir aux identités de la comptabilité nationale qui permettent de considérer le solde extérieur comme étant égal à l’écart entre épargne nationale et investissement national. Dans les années 1980, cette approche comptable expliquait le déficit extérieur américain par le déficit budgétaire qui réduisait l’épargne nationale, phénomène compensé par les entrées de capitaux...
tracking img