L'esclavage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1456 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
POURQUOI DES ESCLAVES ?

A quoi servent les esclaves ? Dès qu’un groupe social atteint une certaine taille, disons quelques milliers de membres, la division des tâches s’accentue. Mais un problème survient : que faire des « autres » , de ceux qui ne font pas partie du groupe, comme les étrangers capturés ? Dans la plupart des grandes sociétés de l’Antiquité, ils deviennent des esclaves. Leursort va être organisé par les vainqueurs selon deux grandes constantes : l’esclave n’aura plus de droit sur sa vie et sa mort ; l’esclave devra travailler. L’esclave paraît bien être une des premières grandes façons de « faire produire ». Mais l’imagerie archaïque de l’esclave antique ne doit pas masquer une réalité : l’esclavage comme forme d’organisation du travail a toujours existé et existeencore.

Pour le maître qui l’utilise, l’esclave prisonnier et exclu du groupe n’est pas un être humain à part entière. Dans l’Antiquité, les captifs servent parfois à l’accomplissement de sacrifices humains. Ils sont aussi mis au travail. Certes, il existe souvent une forme « douce » de l’esclavage, dans laquelle l’esclave est un domestique qui appartient à la maison (du latin, domus). Mais dèsqu’il est utilisé sur une grande exploitation agricole, ou dans une entreprise de travaux publics, l’esclave n’est plus qu’un animal. Ainsi, à Sumer, on lui passe une laisse dans les narines. Et en Grèce : « L’utilité des animaux privés et celle des esclaves sont à peu près les mêmes ; les uns comme les autres nous aident par le secours de leur force corporelle à satisfaire les besoins de l’existence »écrit Aristote dans « la politique » (350 avant J.C.).
L’esclave est dons une matière première comme une autre, presque inépuisable.
Il suffit de quelques guerres ou quelques razzias pour se réapprovisionner. Bel avantage pour les maîtres que cette rente humaine ! Piège aussi. Cela évite de réfléchir. On ne cherche pas de faciliter le travail des esclaves, à le rendre plus productif. Onopprime, on remplace. Peu d’innovations, peu de recherches techniques. Les « choses humaines » travaillent ; les maîtres dépensent leur production. Plus tard, les nouveaux maîtres comprendront l’intérêt de « rentabiliser » leur main d’œuvre en la soignant et en la protégeant davantage.

UNE MATIERE PREMIERE INEPUISABLE ?
L’esclavage comme forme d’organisation du travail humain n’est pas réservé auxcivilisations de l’Antiquité grecque et romaine ; ainsi, l’institution de l’esclavage est connue et même codifiée dans les colonies européennes de la Renaissance. Quand, après avoir exterminé une majeure partie de la population indigène de l’Amérique latine, les conquérants du XVI siècle ont besoin de main d’œuvre, ils se tournent tout naturellement vers le trafic des noirs d’Afrique. Ce sont lesEspagnols qui, principalement, organisent ce trafic. Ils instituent entre le XVI et le XVII siècle le système de l’ «asiento ». C’est une sorte de contrat passé entre la couronne d’Espagne et une compagnie (ou un commerçant). La couronne d’Espagne (propriétaire des nouvelles colonies en Amérique du Sud) accorde à des commerçants (Portugais, Anglais, Hollandais, Français) le droit d’exploiter seulsles ressources humaines sur un territoire donné. Ainsi, la couronne « vend » des licences d’importation pour 4 000, 40 000 et même jusqu’à 150 000 esclaves… Les trafiquants reversent à l’Espagne unes somme forfaitaire ou un pourcentage sur les ventes.
Jusqu’au XVII siècle, le système « fonctionne bien ». Mais, peu à peu, le commerce devient coûteux. Les espagnols exigent un droit « par tête » deplus en plus élevé ; tandis que les pays importateurs d’esclaves s’approvisionnent de plus en plus par la contrebande. En même temps, les pays d’Amérique du Sud (gros importateurs d’esclaves) mettent sur pied le « péonage » c'est-à-dire l’obligation de travailler sur une hacienda en raison de dettes contractées. Un système déjà plus proche du servage et qui a contribué au déclin du trafic...
tracking img