L'euro monnaie de la grande europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1904 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle : revue mensuelle - N° 1…Articles. Economie Un euro pour la Grande Europe par Gérard Bokanowski

12/04/10 08:42

La Revue mensuelle n° 105
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle
Information, réflexion, discussion
Tous les numéros Archives (classement par rubriques) Collection Automates Intelligents Qui sommes-nous | Statuts del'Association | Pourquoi cette Revue | Contribuer au contenu | S'abonner (gratuit) |

Dans La Revue

Retour au sommaire
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria. Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22langues sont disponibles, dont le Japonais).

Retour au sommaire

Economie
L'Euro, monnaie commune pour la grande Europe par Gérard Bokanowski 10/04/2010

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2010/105/boka.htm

Page 1 sur 4

Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle : revue mensuelle - N° 1…Articles. Economie Un euro pour la Grande Europe par Gérard Bokanowski

12/04/10 08:42Nombre de commentateurs hautement qualifiés analysent les réponses laborieuses apportées par le Conseil de l'Eurozone (en bleu sur la carte) des 25 Mars et 26 mars dernier, à la crise des finances publiques de la Grèce, comme la condamnation à terme rapproché de l'euro. Certains commentateurs - c'est le cas d'Alexandre Adler (le Figaro du 2 Avril), annoncent même la « sécession » de l'Allemagne.Ainsi, la crise des finances publiques d'un pays de l'euro – et le rappel aux règles des Traités par Berlin- seraient donc le révélateur d'un « divorce » de l'Allemagne avec l'Europe. Nous voilà dans les premières passes d'arme d'une sorte de « guerre de sécession » germanique de l'Union Européenne. Comme toujours, dans les cas de divorce, se profilerait pour « Germania » un nouveau partenaire : laRussie. En plus, les Prussiens reviennent... ! Ce nouveau Rapallo des temps modernes est mené, je cite toujours Alexandre Adler, par une « chancelière prussienne, autarcique et slavophile » qui enterre, sans fleurs ni couronnes, le modèle rhénan des pères fondateurs, les anciens chanceliers Adenauer et Kohl, et même de Schmidt –pourtant homme du Nord -, précurseur, avec Giscard de l'euro. Tout enreconnaissant le sérieux de la menace que font peser les déficits et dettes des « PIIGS » , la crise - une fois passées les très prochaines échéances électorales en Allemagne et en Grande Bretagne- peut être structurante, voire même innovante. On peut en effet imaginer trois scénarios différents : L'Europe du retour au Pacte de Stabilité (les fameux critères de Maastricht) stricto sensu,c'est-à-dire sans soutien automatique aux pays en difficultés ; du « pur et dur » , avec exclusion des défaillants et autres « truqueurs » Un gouvernement économique européen garant d'une véritable solidarité économique et sociale, appuyé par un Fonds Monétaire européen dont l'idée a été avancée par le ministre fédéral des Finances Wolfgang Schaüble. La gestion difficile de pays de l'euro qui ne voudrontpas –ou ne pourront pas – imposer une sévère cure d'austérité à leurs citoyens pour rester dans les clous du Pacte de Stabilité. Dans ce cas, à côté de l'euro – monnaie unique- il faudrait revenir à la notion de monnaie commune fondée sur des taux fixes mais ajustables, en référence à l'ancien Serpent Monétaire Européen. Ainsi pourrait voir le jour une « Zone paneuropéenne de l'euro » calée sur le« noyau dur » des pays qui respectent les disciplines du Pacte. Le sérieux de la menace Le déficit budgétaire grec représente 12,7% du PIB. La dette d'Athènes est annoncée à 300 milliards , les taux de refinancement enregistrent une surprime de 4% à 7 points de base et les garanties de bonne fin (CDS) explosent. Celle de l'Espagne et du Portugal serait de 1000 milliards. L'Irlande vient de «...
tracking img