L'euthanasie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1089 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les humains effectuent des actions qui auront des impacts sur le cour de leur vie. Dans plusieurs situations, l’humain est confronter a la réalité et devra s’assurer d’utiliser le choix qui lui convient le mieux. Faut-il juger une action par ses effets ou par l’intention de son agent? Juger signifie que l’on détient l’information nécessaire pour pouvoir délibérer si l’action commise est bonne oumauvaise. De mon cote, je trouve qu’il faut juger une action par l’intention de son agent. Dans le texte qui suit, il sera question de l’utilitarisme ainsi que la déontologie pour ainsiprouver mon point de vue.
Tout d’abord, chaque individu est différent et chaque individu a des besoins différents. Cependant, L’utilitarisme agit de manière à maximiser le bien-être d’un grand nombre de personne.On ne peut pas toujours satisfaire tout le monde donc l’utilitarisme agit en faveur de la démocratie du peuple. Bentham, dans son passe, avait utilisé la formule suivante : « le plus grand bonheur du plus grand nombre ». Si l’on analyse bien cette formule, Bentham était en faveur du bonheur de la majorité et donc la minorité insatisfaite faisait preuve d’injustice. Il poursuit en disant quel’être humain cherche à maximiser les plaisirs et à minimiser les souffrances. Il définit cette phrase par : « la nature a placé l’humanité sous l’empire de deux maitres : la peine et le plaisir». Bentham ajoute : « qu’il ne peut pas y avoir un conflit entre l’intérêt de l’individu et celui de la communauté, car s’ils fondent leur action sur l’utilité leurs intérêts seront identiques ». En disant cela,Bentham affirme que la société pourrait avoir les mêmes intérêts ce qui est absolument absurde puisque chaque être humain est différents et que la société parfaite et pareil n’est que dans les contes de fées. Le coté positive de l’utilitarisme est qu’il fait plaisir à la majorité des humains. Cependant, il fait preuve d’injustice envers la minorité. La société ne peut, en aucun cas, ignorer laminorité insatisfaite. En jugeant une action selon ses conséquences, il est impossible de savoir si l’intention du geste commis était bonne. Il faut donc suspendre le jugement moral sur l’humain car nous ne pouvons pas savoir si l’acte commis par la personne est accomplis avec de bonnes intentions. De plus, pour pouvoir juger un acte selon ses conséquences il faut posséder toute les informationsnécessaire pour inculper quelqu’un et pour juger quelqu’un en disant que ce qu’il a commis était d’une mauvaise intention. Il est strictement impossible de posséder tout ce savoir et toutes ces informations car personne ne peut avoir accès avec l’intérieur de la personne. Bref, l’utilitarisme sert à maximiser le bien de la population et plusieurs erreurs sont commises en jugeant quelqu’un puisqu’il estimpossible d’avoir accès à l’intérieur de la personne et savoir si l’action posé par la victime est par de bonne ou mauvaise intention.
Tout d’abord, l’approche déontologique est morale. Elle est différente pour chaque individu. Elle donne raison à chaque individu dans l’intention d’agir en faveur de son conscient. La bonne intention est pour chacun différente. Elle est d’abord vérifier parchacun en utilisant ces codes d’éthique puisque la déontologie fait référence à l’éthique. Immanuel Kant est celui qui est en faveur de l’approche déontologique. Il soutient le fait que chaque individu doit agir moralement en tout temps. Kant utilise la formule suivante qui exige que: «* les êtres humains agissent comme si leurs actions seraient universalisées en une règle générale de la nature* ».Ce qui veut dire qu’avant d’effectuer une action, les êtres humains doivent utiliser leur morale et penser que le geste qu’ils vont commettre est un geste exemplaire donc ce geste devrait être universel puisqu’il est l’exemple à suivre. De ce fait, le geste posé est donc révisé et les circonstances font en sorte que personne ne peut juger l’action commise par l’humain puisqu’il a une raison...
tracking img