L'histoire de la presse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8089 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Revue de presse

I. Introduction
Chez les humains, il existe l’instinct de se regrouper, de vivre en groupe : c’est l’instinct grégaire (besoin de vivre en société) ; qui augmente les chances de survie. Certaines espèces se réunissent pour se défendre ou attaquer. Le regroupement forme une société (l’ensemble d’interaction entre individu). Exemples de relations entre individus : solidarité,relation commerciale… Les relations entre individus  fédèrent un groupe.

Deux conséquences d’une société :
* Les informations circulent (information = acte de mettre en forme, analyser)
* Toutes les sociétés cherchent une autorité supérieure, un chef

Les critères sur lesquels on choisit le chef diffèrent d’une société à l’autre. Dans les premières sociétés, c’était souvent le plusfort, valeureux, courageux… De nos jours, on choisit surtout une personnalité. Le chef va prendre tout de suite conscience qu’il faut qu’il ait la main sur l’information.

Avant même les écritures, il y avait la tradition orale (ou pour les sociétés qui ne connaissent pas l’écriture). Attention s’il y a coupure d’une génération à l’autre, des informations peuvent être perdues à jamais. On transmetpar la voie orale la mémoire d’un peuple, des divinités…

Les premières civilisations (-4000 ans en Mésopotamie), les informations circulaient grâce aux commerçants. Les déplacements terrestres des commerçants permettaient la circulation des informations.

Puis vient l’émergence de l’écrit. Le commerce a fait naître l’écriture : rédaction d’inventaire, de comptabilité. Puis vient lalittérature religieuse. Enfin, la littérature de propagande apparaît (ce qui savait écrire était affilié au service du Roi). Il y a toujours deux destinataires à la propagande : interne (pour ses citoyens) et externe (pour les pays voisins). L’écriture cunéiforme est un exemple d’écriture ancienne.

Le théâtre, dès la Grèce antique, a été un contre pouvoir : il pouvait se moquer d’homme politique. Iln’était pas censuré. Il s’adresse à un public pas forcement cultivé. Le théâtre peut influencer les hommes politiques et faire bouger les mentalités. Les images, peinture, sculpture, qu’on pouvait trouver dans les lieux religieux (église…)
L’Eglise est la bible illustrée pour ceux qui ne savent pas lire : on y représente tout ce qu’il faut savoir sur cette religion.

La presse ne pouvait apparaîtrequ’à deux conditions :
* l’imprimerie
* la périodicité
Ces deux conditions sont réunies au 17ème siècle. La presse est née quasiment en même temps en France et en Angleterre. Au 17eme siècle, la notion de presse (abrégé de l’actualité qui revient à terme régulier) est présente en France. Dès le début, les pouvoirs politiques prennent conscience du danger potentiel de la presse. C’estpourquoi, le Roi s’arrange pour publier la presse.

II. De la naissance de la presse à la Révolution
La naissance de la presse a lieu peu de temps après celle de l’imprimerie fin 15e siècle par Gutenberg avec comme pour premier livre imprimé la Bible.
Juste quelques années après, survient la presse, d’où l’existence d’une demande importante. Les premiers journaux naissent en 1529. On les appelle les« Canards », c’est de la presse à sensation. Le terme vient de l’ancien français qui désignait une rumeur. Cette expression n’est plus beaucoup utilisée de nos jours. Cette presse s’adresse à une populations très religieuse, baignée dans l’irrationnel (accusation de sorcellerie à la une des journaux…). Les nouvelles disaient qu’on avait pu voir un dragon survoler Paris. Ces nouvelles à sensationjouaient sur les peurs, les superstitions..
Le premier vrai journal « La Gazette » est né en 1631, créé par Théophraste Renaudot. Ce dernier était un médecin. Il créa cet hebdomadaire(il sortait tous les vendredis) qui faisait quatre pages. Le journal était tiré à 1200 exemplaires. C’est pas énorme mais par rapport au contexte, il était quand même beaucoup lu : un journal de quatre pages...
tracking img