L'homme qui marche

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1718 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Biographie de l’auteur

Auteu Lieu de Titre Genre Type Date dimensions r conservation Albert Coll. Fondation o L’homme qui Bronze, 180,5 x 26 x Alberto et Annette Sculpture 1960 Giaco marche fonte 1981 110cm, Giacometti, Paris metti Alberto Giacometti, né à Borgonovo (commune de Stampa) dans le Val Régalai le 10 octobre 1901 et mort à Coire le 11 janvier 1966, est un sculpteur et un peintresuisse. Il est l'ainé de quatre enfants. Fils du peintre impressionniste suisse Giovanni Giacometti, Alberto commence la peinture très jeune Il fait ses premières œuvres dans le domicile familial, essentiellement des portraits des membres de sa famille ou de ses condisciples, reprenant le style post-impressionniste paternel. et finit par rejoindre l’École des Beaux-arts de Genève. Fait un séjourprolongé à Venise et à Rome en 1920, au cours duquel il développe une passion pour le travail du Tintoret et de Giotto Ses études terminées. II s’installe à Paris en 1922 et suit les cours de sculpture d’Antoine Bourdelle (ancien élève d’Auguste Rodin) à l’académie de la Grande Chaumière de Montparnasse. Il découvre le cubisme, l’art africain et la statuaire grecque et s'en inspire dans ses premièresœuvres. Ses sculptures sont en plâtre, parfois peintes secondairement, ou coulées en bronze, technique qu'il pratiquera jusqu'à la fin de sa vie. Là, il sculpte des œuvres aux compositions plates, proches de l’abstraction, où transparaît son goût pour les Arts Premiers. Il participe ensuite dans les années 1930 au mouvement surréaliste, fasciné par les productions inconscientes de l’esprit humain.De cette période, des sculptures exprimant l’inconscient sexuel, souvent très violentes, seront produites. e Il emménage en décembre 1926 au 46 rue Hippolyte-Maindron (14 arrondissement) dans « la caverneatelier » qu'il ne quittera plus, malgré sa petite taille et son inconfort. Son frère Diego le rejoint de façon permanente en 1930. Bien que l'essentiel de sa production soit fait à Paris,Giacometti retourne régulièrement en Suisse où il travaille dans les ateliers de son père, à Stampa et Maloja. En 1927, Giacometti expose ses premières œuvres au Salon des Tuileries (Femme cuillère, 1927). A partir de 1935, l’artiste se concentre sur l’étude de la tête humaine, s’attachant plus particulièrement au regard. En décembre 1941, il quitte Paris pour Genève. Giacometti y travaille dans unechambre d'hôtel, poursuivant la production des sculptures minuscules commencée à Paris. En septembre 1945, Giacometti revient à Paris, où il est rejoint en 1946 par Annette Arm (il l'épouse en 1949). Giacometti commence alors une nouvelle phase esthétique : les membres des figures sont étirés jusqu’à l’extrême, et désindividualisent le modèle, parfois représenté dans l’attitude de la marche, enréférence à L’Homme qui marche de Rodin, véritable défi au mode de conception de la sculpture. De même, les visages deviennent comme des lames de couteau (Le Nez, 1947). Il peint également des portraits et autoportraits où le regard est perdu dans un réseau de lignes qui emprisonnent la figure. Opéré d'un cancer de l'estomac en février 1963, Giacometti en guérit. Après la guerre, son œuvre est saluée dansde nombreuses rétrospectives et obtient un grand succès : il reçoit le prix de sculpture à la Biennale de Venise de 1962, avant de s’éteindre en 1966. Sa veuve se consacre à la défense de son œuvre et crée par testament une Fondation Alberto et Annette Giacometti, reconnue d'utilité publique en 2003, dont le siège se situe à Paris. Elle comprend de nombreux tableaux et sculptures de l'artiste,ainsi qu'un centre de recherche et de documentation.

Nature de l’œuvre

DESCRIPTION (Dénotation)

Qu’est-ce ?

Personnage proportionné sauf la tête très petite qui donne l’impression d’un homme immense, extrêmement fin, en train de marcher seul au milieu du vide. Son corps est entièrement bosselé, comme s’il avait été mal modelé L’individu n’a pas de visage, de cheveux, aucune...
tracking img