L'usage du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1349 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
"UNE ÉCOLE !"
Encore trop de neige pour la voiture sur la route de Téhéran. Nous trompions notre attente en la retapant au garage du "Point IV 2" que Roberts l'ingénieur avait gentiment mis à notre disposition. Nous le voyions beaucoup. Il n'était plus le même. Perdu son bel entrain. Un soir que je lui demandais ce qui clochait :
– Tout… c'est tout ce pays qui ne va pas.
Il revenait d'unetournée d'inspection dans un village ; en un mois les travaux n'avaient pas avancé d'un pouce et les paysans l'avaient mal reçu.
Le "Point IV" américain en Iran était alors 3 comparable à une maison de deux étages où l'on poursuivait deux activités divergentes. Au premier, à l'étage politique, on s'occupait à combattre la menace communiste en conservant – par les moyens traditionnels de ladiplomatie : promesses, pressions, propagande – un gouvernement honni et corrompu, mais de droite, au pouvoir. Au second, à l'étage technique, une large équipe de spécialistes s'employaient à améliorer les conditions de vie du peuple iranien. Roberts était de ceux-là.
Lui, la politique ne l'intéresse pas. Ce qui l'intéresse, c'est l'électronique, les chansons de Doris Day ou de Patachou qui, dit-il,sont des anges, et la construction des écoles. C'est un scientifique, mais aussi un homme ouvert et bienveillant auquel l'idée de faire un travail aussi utile souriait énormément. D'où sa déception.
– Vous rendez-vous compte, je vais là-bas pour leur construire une école, et quand ils me voient arriver les gosses ramassent des cailloux.
Il reprit en souriant : "Une École !".
Je crois quel'Américain respecte beaucoup l'école en général, et l'école primaire en particulier, qui est la plus démocratique. Je crois qu'au nombre des Droits de l'homme, aucun ne lui paraît aussi plaisant que le droit à l'instruction. C'est naturel dans un pays civiquement très évolué où d'autres droits plus essentiels sont assez garantis pour que l'on n'y songe même plus. Aussi, dans la recette du bonheuraméricain, l'école joue-t-elle un rôle primordial, et dans l'imagination américaine, le pays sans école doit-il être le type même du pays arriéré. Mais, les recettes de bonheur ne s'exportent pas sans être ajustées, et ici, l'Amérique n'avait pas adapté la sienne à un contexte que d'ailleurs elle comprenait mal. C'était l'origine de ses difficultés. Parce qu'il y a pire que des pays sans école : il y ades pays sans justice, ou sans espoir. Ainsi Tabriz, où Roberts arrivait les mains pleines et la tête bourrée de projets généreux que la réalité de la ville – car chaque ville a la sienne – démentait chaque jour.
Revenons à l'école de Roberts. Voici comment "Point IV" procédait : il offrait gratuitement le terrain, les matériaux, les plans et les conseils. De leur côté les villageois, qui sonttous un peu maçons, fourniraient la main-d'oeuvre et construiraient, avec une belle émulation, le local où ils auraient le privilège de s'instruire. Voilà un système qui fonctionnerait à merveille dans une commune finnoise ou japonaise. Ici, il ne fonctionnait pas, parce que les villageois n'ont pas une once de ce civisme qu'on leur avait si promptement prêté.
Les mois passaient. Les matériauxs'évanouissaient mystérieusement. L'école n'était pas construite. On n'en voulait pas. On boudait le cadeau. Il y a bien de quoi écoeurer les donateurs, et Roberts était écoeuré.
Mais les villageois ? Ce sont des paysans assez misérables, soumis depuis des générations à un dur régime de fermage féodal. D'aussi longtemps qu'ils se souviennent, on ne leur a jamais fait pareil cadeau. Cela paraîtd'autant plus suspect que, dans les campagnes iraniennes, l'Occidental a toujours eu réputation de sottise et de cupidité. Rien ne les a préparés à croire au Père Noël. Avant tout, ils se méfient, flairent une attrape, soupçonnent ces étrangers, qui veulent faire travailler chacun, de poursuivre un but caché. La misère les a rendus rusés, et ils pensent qu'en sabotant les instructions qu'on leur...
tracking img