L alimentation chez l'enfant 1-3 ans

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3319 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
JIRP 25 MARS 2005 ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT 1 – 3 ANS, L’AGE CLE POUR INSTALLER DE BONNES HABITUDES POUR L’AVENIR 1-3 ans : une période clé du développement

Docteur Marie-France Le Heuzey, Pédo-psychiatre (Hôpital Robert Debré, Paris) Chaque bébé évolue à son propre rythme. Or, bien souvent, les contraintes de la vie moderne lui imposent un rythme de vie inadapté, en décalage avec celui quilui convient. Levé à l’aurore, déposé chez la nourrice avant la crèche ou l’école, où les parents ont tendance à l’inscrire dès 2 ans, ne retrouvant ses parents que tard le soir, le jeune enfant se voit imposer des exigences de plus en plus tôt dans sa vie. Les parents, subissant eux-mêmes le terrorisme de l’efficacité, font entrer leur enfant dans la course à l’excellence et à la performance dèsson plus jeune âge. Ils souhaitent que leur enfant soit en avance dans tous les domaines : propreté, lecture, scolarité, et même l’alimentation. On retrouve ainsi chez beaucoup de parents la volonté d’avoir un bébé « au top », qui soit grand et performant le plus vite possible, c’est-à-dire un bébé qui mange de tout et à la cuillère. Pourtant, pourquoi se satisfaire que l’enfant mange « comme ungrand » quand ses besoins sont encore ceux d’un petit ? L’alimentation d’un bébé n’est pas qu’une affaire de quantité, de rythme de repas et de composition en glucides, lipides, protides, vitamines etc…. Du biberon à l’assiette, le chemin est long. Souvent les mamans ont tendance à penser que le lait n’est pas bon pour leur bébé car il «recrache», c’est le phénomène du reflux. En réalité, endehors des cas réellement pathologiques, il s’agit bien souvent d’une suralimentation dont l’enfant ne fait que rejeter le trop plein. L’origine de cette suralimentation réside dans la difficulté pour les parents de décrypter les pleurs de bébé, auxquels ils répondent majoritairement par un biberon. Les parents ont souvent l’impression que l’enfant n’est pas assez nourri et n’arrivent pas distinguerentre un réel besoin et un réconfort alimentaire. La relation alimentaire entre les parents et les enfants est une longue histoire, on veut faire de nos tous petits des « supers bébés » capables d’avaler dès l’âge de 5 mois de la viande hachée ou tout autre aliment. Alors que l’on devrait laisser aux bébés le temps d’être des bébés. Alimenter un enfant, c’est pouvoir lui proposer les laits et lesaliments adaptés à son âge et à son métabolisme. Dans nos sociétés développées, cet aspect est bien (et de mieux en mieux) maîtrisé, mais les conditions de vie changent, les femmes et les hommes voient leur statut social évoluer, les mères ne bénéficient généralement plus de l’appui de leur propre mère pour être guidées dans leur rôle maternel. Tiraillées entre leur position socioprofessionnelle(qu’elles ont acquis

1

difficilement) et leur rôle maternel (auquel elles aspirent au plus profond d’ellesmêmes), les femmes peuvent perdre leurs repères. Alimenter son enfant est un plaisir, et non une corvée. La mère prend du temps, du plaisir : elle ne tend pas le biberon à bout de bras ; elle accompagne l’enfant dans ses bras. Ne pas forcer : l’alimentation n’est pas une épreuve de force.Proposer des nouveaux goûts, des nouvelles couleurs, des nouvelles odeurs ; éduquer c’est susciter la curiosité. Pourtant, tout en éveillant la curiosité gustative de l’enfant, on lui laisse le temps de s’habituer aux nouvelles saveurs et consistances ; on ne passe pas du jour au lendemain du lait aux sardines à l’huile ! Les parents ont envie que le petit grandisse mais il ne faut pas brûler lesétapes, les paliers sont progressifs et un passage trop brusque pourrait décourager la curiosité de bébé. La famille a souvent hâte de partager des repas conviviaux, mais à 3 ans un enfant ne déguste et ne digère pas l’entrecôte comme le grand frère de 10 ans qui la dévore à pleines dents… A l’inverse une rigidité trop importante sur les prises alimentaires peut engendrer certains troubles de...
tracking img