N, jnjh,

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (598 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Il était une fois trois petits cochons qui vivaient avec leur maman dans une très grande maison très luxueuse.
Un jour, La maman appela ses trois fils et leur dit qu'elle avait assez d’argent pouracheter trois maisons à ses trois enfants parce qu'elle était trop riche.
Je voudrais que vous partiez d'ici et construisiez votre maison, dit-elle, mais prenez garde qu'elle soit bien sécurisée pourque le grand méchant loup ne puisse entrer et vous manger.
La maman embrassa ses trois petits cochons
et leur dit au revoir le sourire aux lèvres.
Ils s'en allèrent de chez eux construire leursmaisons. Le premier petit cochon rencontra un homme propriétaire d’une maison en bois. "Pouvez-vous me vendre votre maison ?"
demanda le petit cochon.
Et l'homme lui venda la maison.

-----------Le second petit cochon avait rencontré un homme propriétaire d’une maison en pierre.
" Pouvez-vous me vendre votre maison?"
demanda le petit cochon.

Et l'homme lui venda la maison.

Letroisième petit cochon,
lui avait rencontré un homme propriétaire d’une maison en béton.
"S'il vous plaît, Monsieur, demanda le troisième petit cochon, pouvez-vous me vendre votre maison?

L'homme luivenda la maison avec une cheminée près de laquelle on pouvait s'asseoir.

Les trois petits cochons rentraient joyeusement
chez eux quand le loup les aperçut.
--------------
Comme ils doivent êtretendres!
Lequel vais-je manger en premier?

Je vais commencer par le petit cochon
dans la maison de bois!

Il frappa à la porte.
Petit cochon, gentil petit cochon, je peux entrer?

Non, Non!Par le poil de mon menton !

Alors, je vais souffler et ta maison s'envolera!

--------------
Le loup gonfla ses joues,
souffla, souffla de toutes ses forces,
mais la maison étant très soliden’eut aucun dommage.

Le grand loup étant très énervé se dirigea
vers la maison de pierre de son frère.
A peine celui-ci eut-il refermé la porte
que le loup frappa.
Petits cochons, gentils...
tracking img