L’amour entre bonheur et malheur

Tristan et Iseult sont deux amants hors de l’ordinaires car ils se retrouvent prisonniers et victimes de leur amour. La raison veut les séparer, mais c’est le cœur qui l’emporte toujours. Les deux amants sont conscients qu’ils ne sont pas responsables de leurs actes, de vouloir vivre leur amour et leur passion démesurée, une chose que le roi, époux d’Iseult a du mal à comprendre. « Jamais, nous n’avons pensé à mal et Dieu le sait. Maintenant, vous savez qu’il vous hait celui qui veut faire croire ces manigances », dira Tristan, essayant de convaincre son oncle de son innocence. Cet amour est tellement fort qu’il dépasse la raison, les forces divines et humaines en même temps. Tristan et Iseult vont tout de même vivre des moments de bonheur intense, de joie et d’épanouissement, emportés par l’effet de la boisson magique.

« - Sire, j'aime Yseut éperdument, au point d'en perdre le sommeil. Ma décision est irrévocable: j'aime mieux vivre comme un mendiant avec elle, me nourrir d'herbes et de glands, plutôt que de posséder le royaume d'Otran. Ne me demandez pas de la quitter car, vraiment, c'est impossible. »

Ce bonheur va faire place à des moments beaucoup plus obscurs dans le récit reliés à la souffrance et aux malheurs que connaîtra le couple. La séparation des deux jeunes protagonistes par le roi va leur causer une forte dépression et une douleur immense. Ils vont tous les deux s’enfermer dans les souvenirs, l’un ne pouvant oublier l’autre. Ces deux forces contradictoires qu’est l’amour et la passion d’un côté et la souffrance et les malheurs de l’autre vont inévitablement aboutir à la mort.

 

Lire le document complet

Documents relatifs