Analyse du discours sur l’inégalité parmi les hommes de jean-jacques rousseau

Pages: 5 (1135 mots) Publié le: 5 juin 2012
Le Discours de Rousseau sur l’inégalité est l’une des critiques les plus puissantes de la modernité jamais écrites. Rousseau y décrit les ravages de la modernité sur la nature humaine : civilisation et inégalité sont imbriquées et sont le fait de la modernité selon le penseur genevois.

Ce discours, contrairement à un essai, est écrit d’une plume passionnée, voire impétueuse à certains moments,faisant de sa lecture un vrai plaisir (c’est d’ailleurs une des raisons de sa récurrence aux épreuves du bac philo …)

En termes de méthodologie, Rousseau retrace l’aventure de l’humanité depuis son origine (mais en dehors de tout cadre religieux), la peint dans son état de nature pour mieux comprendre comment l’humanité, décadente selon lui, en est arrivée là.

Rousseau distingue deux typesd’inégalité : naturelle (ou physique) et morale. L’inégalité naturelle découle de différences d’âge, de santé, ou d’autres caractéristiques physiques, elle ne peut être remise en cause. C’est l’inégalité morale que vise Rousseau, celle établie par une convention humaine. Rousseau va donc explorer d’où vient cette convention. Pour y parvenir, Rousseau a recours à une expérience de pensée, l’état denature, qui ne constitue donc pas une vérité historique.
Première partie du Discours sur l’origine des inégalités – Résumé

Rousseau décrit l’homme à l’état naturel : c’est un être fort, agile, plus faible mais plus organisé que les animaux de son environnement. Son corps est son seul outil et sa seule arme (Rousseau dit même que l’homme de la civilisation serait facilement battu par l’hommenaturel dans un combat). Dépouvru de sens moral, l’homme naturel ni connaît ni le bien ni le mal, c’est un être infra-moral (Rousseau réfute ainsi le vice attribué par Hobbes à l’homme de la nature). Sa pensée est composée d’opérations simples. Il n’a que peu de besoins, et pour cela il parvient facilement à les satisfaire. Ses passions sont celles de la nature : la nourriture, le sexe et le repossont les seules choses bonnes pour lui et ses seuls maux sont la douleur et la faim. Il n’y a aucune raison pour que l’homme sauvage cesse d’être sauvage. Le sauvage est un être naïf, autosuffisant et pacifique. Cependant, le sauvage ressent de la pitié, source d’empathie, contrairement à l’homme civilisé dominé par l’amour-propre et l’égoïsme.

L’homme naturel est ainsi équilibré par ses deuxtendances, la pitié (qui le pousse vers les autres) et l’auto-conservation (qui l’isole). Dans l’état civil, les lois et les vertus joueront les rôles de ces deux instincts.

Ainsi, l’inégalité est à peine perceptible dans l’état de la nature.

En de nombreux points, le sauvage ressemble aux animaux, à l’exception de sa faculté à se perfectionner. Cette perfectibilité sera la source de sasortie de l’état naturel et la cause de son malheur, selon Rousseau. L’homme est avant tout un animal. Il étudie donc l’homme sous deux formes : son aspect physique puis son aspect moral et psychologique.

Rousseau décrit également l’évolution de la langue : cri de la nature au départ, la langue évolue car les ses idées sont plus complexes. Ainsi, les premiers mots utilisés avaient des significationsplus qu’aujourd’hui, la langue se spécialise ainsi au fur et à mesure de son développement. La langue, au départ pratique devient peu à peu métaphysique et abstraite.

Voltaire caricaturera ce mythe du bon sauvage, pensant que Rousseau voulait faire régresser l’humanité, ce qui est faux. L’état de nature chez Rousseau n’est qu’une fiction théorique, un artefact intellectuel pour comprendre d’oùvient l’homme. Il ne s’agit donc pas d’un projet.
Seconde partie du Discours sur l’origine des inégalités - Résumé

Si la première partie du discours est une reconstruction minutieuse de l’homme naturel, la seconde partie est une exploration des racines de l’inégalité :

« Le premier qui ayant enclos un terrain s’avisa de dire : Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !