Article sciences 3e Ernalsteen CCM

527 mots 3 pages
Résumé

Un nombre croissant de scientifiques estiment que le cannabis n’est pas une drogue douce. Les risques sont liés à d’un usage régulier du cannabis à long terme. Plus le fumeur est jeune, plus les dégâts sur le cerveau sont grands. Le cannabis perturbe la croissance neuronale quand le fumeur est un adolescent. Ces hypothèses que le cannabis est nocif pour le cerveau montreraient bien que personne n’a jeté un œil sur les recherches menées plusieurs années avant.
Fumer à l’adolescence induirait 3 types de troubles mentaux :
1. La schizophrénie
Les jeunes de 14 à 24 ans ayant fumé régulièrement du cannabis pendant plus de trois ans auraient un risque deux fois plus élevé que les non-fumeurs de présenter des symptômes psychotique plus tard.
2. La dépression
Quel que soit l’âge auquel ils ont commencé, les jeunes fumeurs de cannabis ont un risque accru de dépression à l’âge adulte. S’ils ont commencé avant 15 ans, ce serait environ deux fois supérieur.
3. Baisse de Q.I.
Les adultes dépendants au cannabis depuis longtemps perdent plus de point de Q.I. quand ils ont commencé avant 18 ans.
Le cannabis accroit le risque d’un cancer du testicule
Un usage régulier du cannabis doublerait le risque du cancer du testicule. Aujourd’hui, on sait que son action passerait par un dérèglement du système endocannabinoïde qui régule aussi les hormones sexuelles. Plus on commence à fumer du cannabis tôt, plus le risque augmente.
Une drogue qui altère les connections neuronales en plein développement
1. Alors que le cerveau de l’adolescent est en train de se structurer…
A l’adolescence, le cerveau élimine certaines connexions neuronales et en renforce d’autre, le bon fonctionnement des neurones est important pendant cette période.
2. …Le THC (∆-9-tétrahydrocannabinnol) perturbe la réception des endocannabinoïdes…
Des neurotransmetteurs sont envoyés d’un neurone à un autre et les endocannabinoïdes en régulent la quantité. En bloquant leurs récepteurs, le THC

en relation