Ayer et le positivisme

2189 mots 9 pages
Ayer est, après Russell, le plus grand représentant du positivisme logique du siècle dernier. Selon lui, seules les propositions empiriquement vérifiables ont un sens. En étendant le principe de la vérifiabilité à la philosophie, il rejette la possibilité d'une connaissance « a priori »[1] absolue, cette impossibilité exclut le métaphysicien du domaine de la philosophie, car « (...) jusqu'à ce qu'il nous ait fait comprendre comment la proposition qu'il désire exprimer pourrait être vérifiée, il n'a pas réussi à nous communiquer quelque chose. »[2] Pour Ayer, tous les énoncés métaphysiques seraient des puzzles linguistiques ou des non-sens se réduisant à exprimer l'émotivité de leur auteur. Dans ce texte, je définirai d'abord, d'une façon générale, la doctrine positiviste pour finalement répondre à la question, à savoir si les oeuvres d'art disent quelque chose de valable sur le monde. C'est en prenant comme exemple des sciences qui découlent de l’art que je développerai mon argumentaire. J’appuierai les métaphysiciens qui, au contraire des positivistes, disent que « Croire que la vérité se trouve dans la science, c'est tomber dans l'illusion du dogmatisme, c'est s'aveugler sur les limites de ce qui est exprimé. »[3] Ainsi, non plus la science, mais nos sentiments humains auraient une valeur scientifique.

La doctrine positiviste

Les positivistes disent que les propositions métaphysiques sont des erreurs de logique, car elles ne disent rien de valable sur le monde puisqu'elles se situent au-delà du domaine empirique et que leur connaissance prend racine dans une réalité transcendante. Pour eux, les affirmations métaphysiques sont basées sur des intuitions intellectuelles et donc leurs questionnements ne sont pas authentiques. Ils soutiennent par là que ce ne sont pas de vraies questions puisque les métaphysiciens se basent sur des concepts auxquels les positivistes ne croient pas, des pseudo-propositions. Leurs croyances doivent répondre aux exigences

en relation

  • Opinion et philosophie
    693 mots | 3 pages
  • La vérité n'est elle pas recherché que pour les avantages qu'on en attend?
    1096 mots | 5 pages
  • Kit survie des mouvements
    1744 mots | 7 pages
  • Avoir comme terrain de jeu, l’univers
    703 mots | 3 pages
  • Apologie de r.sebond
    1766 mots | 8 pages
  • Dissertation finale de philo
    903 mots | 4 pages
  • Le fantastique
    2849 mots | 12 pages
  • Selon vous, le détour par l'autre est-il un bon moyen pour démontrer les travers de sa propre société?
    1780 mots | 8 pages
  • Peut-on en finir avec les préjugés ?
    699 mots | 3 pages
  • Kant, critique de la raison pure
    628 mots | 3 pages
  • Explication de texte hume
    1471 mots | 6 pages
  • Philosophe des lumières
    1085 mots | 5 pages
  • Conscience
    3939 mots | 16 pages
  • Les sciences et l'opinion - bachelard
    1590 mots | 7 pages
  • Le positivisme modéré d'emile durkheim
    2290 mots | 10 pages