Bac de français

Pages: 16 (3920 mots) Publié le: 11 juin 2014
Diderot, Supplément au voyage de Bougainville, 1772 : discours du vieux tahitien


Introduction + choses à savoir


Peut‐on s’extraire assez de sa propre culture pour la juger avec impartialité ? Découverte tardive, l’île de Tahiti est apparue aux Européens comme un véritable paradis. Mais les contemporains de Bougainville avaient déjà pu mesurer sur pièces les méfaits d’une colonisationdébutée avec les grandes expéditions de la Renaissance. Un projet collectif comme L’Encyclopédie, des essais comme L’Esprit des lois de Montesquieu (1748) ou un conte comme Candide de Voltaire (1759) placent en effet la critique de la destruction des peuplades indigènes et de l’esclavage au cœur du combat des Lumières. Il n’est donc pas étonnant de voir Diderot réagir, en 1772, à la publicationdu journal de l’explorateur par la rédaction d’un Supplément au Voyage de Bougainville, dans lequel le philosophe condamne vivement l’action de son pays. On sait qu’il y donne la parole à un vénérable « Otaïtien » qui salue le départ des Français par un discours véhément, dénonçant la prise de possession de l’île. C’est un extrait de ce réquisitoire que nous allons étudier. Pourquoi Diderotprend‐il le risque de mettre dans la bouche d’un Tahitien un texte aussi évidemment travaillé selon les canons de la rhétorique européenne ? Loin de priver les vaincus de leur voix, le procédé leur prête les puissances de l’éloquence. C’est aussi l’occasion pour le vieillard de livrer un jugement contrasté et implacable sur les deux civilisations en présence. Et surtout, derrière cette figure, Diderotdonne une leçon de relativisme à ses lecteurs, quitte à mettre en cause la foi dans les « lumières » elles‐mêmes.
Diderot place dans la bouche du vieillard un discours virulent, car le personnage emprunte à la fois aux ressources de l’émotion et de l’argumentation pour livrer un réquisitoire qui oscille entre l’éloquence judiciaire et la prophétie.
L’implication du locuteur est rendue sensiblepar plusieurs procédés. Indices d’une énonciation au style direct, le présent de l’indicatif et les impératifs abondent (comme dans l’anaphore « regarde… vois… » l. 37‐39). Les pronoms personnels dominants sont ceux de la première et de la seconde personne du singulier ou du pluriel. Le vieillard parle au nom de sa communauté (« nous sommes libres » l. 1, « tu nous as visités » l. 44) ou en son nompropre (« prends cet arc, c’est le mien » l. 40), et il interpelle de multiples interlocuteurs, puisque « toi » désigne généralement Bougainville, mais aussi Orou, et que « vous » convoque l’ensemble des Français (« vos pierres », l. 7). Cette structure a un impact émotif évident : c’est une victime qui prend la parole, pour exprimer sa colère. Cette passion est rendue à travers une ponctuationexpressive : on compte six propositions exclamatives, et douze questions, qui, toutes, sont des questions rhétoriques. Elles permettent de dynamiser le discours, de maintenir sans cesse l’attention, et surtout, elles finissent par sembler s’adresser au lecteur en personne – puisque, Français ou de langue française, nous sommes placés du côté de Bougainville dans le dispositif que met en placeDiderot.
Mais l’écrivain est loin de jouer sur les seules cordes de l’émotion. Il met celle‐ci au service d’une argumentation fortement structurée, dont il est facile de reconstituer la progression, même si Diderot a pris soin de bannir tout connecteur argumentatif trop visible. Le passage s’ouvre sur un exorde qui annonce le thème discuté : Bougainville est venu prendre possession de Tahiti, mais,la loi du plus fort mise à part (« Tu es le plus fort – et qu’est‐ce que cela fait ? », s’exclame l’orateur, l. 9), en avait‐il le droit ? Si le tiret, à lui seul, refuse la liaison entre supériorité et exploitation, le texte résout cette question par la négative, en mobilisant successivement deux arguments. Au nom de l’égalité des hommes, d’abord, puis en prouvant que les Occidentaux ne...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • BAC Français
  • Bac francais
  • Français bac
  • Bac de francais
  • Bac francais
  • Bac français
  • Bac français
  • Bac français

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !