Barthes théorie du texte

2243 mots 9 pages
Texte 1 : Barthes. R « Théorie du texte »

En intro la question est qu’est ce que le texte pour le sens commun c'est-à-dire pour l’homme de la rue, qu’est ce que les gens diraient sur le texte. Quels sont les idées communes les plus banales sur la notion de texte qu’est ce qui fabrique notre culture commune sur le texte.

« La surface phénoménale » (l.1) fait référence à un courant phénoménologique de la philosophie, il s’agit de s’intéresser aux choses concrètes, visibles. L’approche phénoménologique (manifestations d’une notion) s’oppose à l’ontologie elle s’intéresse à l’essence des phénomènes. Barthes veut dire que le texte est perceptible par la vue c’est quelque chose de concret. Un texte c’est du concret. Le texte est une matérialisation du concret.
Barthes replace le texte dans le monde de la littérature. Il va essayer de voir le sens courant sur le texte il signale que le texte est un objet concret perceptible par les sens.

« Tissu » => textile fait référence aussi au texte qui est écrit de la même manière que l’on tisse un tissu.

Le texte est stable (on l’archive, on le conserve, on y fait référence pour savoir), il a un sens auquel on peut se référer. Dans un texte tout est là et de la même manière pour tout le monde.

Le terme « texte » est plus trivial que l’œuvre littéraire.
Texte et écriture sont indissociables de manière constitutive.

Le texte était quelque chose de stable une sorte de repère et c’est parce qu’il est écrit dans l’écriture il y a une notion de sauvegarde car l’écriture = trace.
L’écriture permet de venir au secours de la mémoire. Mémoire qui au cours du temps peut déformer.
L’écriture aussi porte la légalité de la lettre, quand on a des doutes il faut se référer aux textes car on pense que l’on trouvera la vérité sur ce que l’auteur a voulu dire. « Nos institutions » ce sont le droit, l’église, l’enseignement … qui sont organisés socialement et qui structurent notre vie sociale. Historiquement, nos

en relation

  • Littérature française
    12444 mots | 50 pages
  • L'oeuvre littéraire et le lecteur
    4090 mots | 17 pages
  • Littérature
    2923 mots | 12 pages
  • Le démon de la théorie
    6907 mots | 28 pages
  • Un long dimanche de fiançailles
    3273 mots | 14 pages
  • Genette
    1139 mots | 5 pages
  • Th ories de la r ception Cours
    33618 mots | 135 pages
  • Roland barthes: celle qui voit clair
    2108 mots | 9 pages
  • 08 Opinion Publique Et Id Ologie An Hellip
    3481 mots | 14 pages
  • Perspectives narratologiques.
    8084 mots | 33 pages