Barthes

502 mots 3 pages
Roland Barthes : Mythologies-­‐ 1957 Structuralisme : Les processus sociaux sont issus de structures fondamentales non conscientes. -­‐ privilégie la totalité par rapport à l’individu (lui-­‐même indissociable de la structure globale) -­‐ privilégie la synchronicité des faits (plus que leur evolution) -­‐ privilégie les relations entre les faits (plus que les faits eux-­‐mêmes).

Qu’est-­‐ce qu’un mythe ? Le mythe est une parole ». Le mythe est un système de communication, c’est un message.

Ce n’est pas une idéologie, ou un concept. C’est un moyen de communication ; c’est une forme.

Support sémiologique du mythe : écrit, verbal et non écrit, non verbal. Tout peut être objet de mythe.

Le mythe est un message. En ce sens, il peut être autre chose qu’oral. Il peut s’appuyer sur le discours écrit, la photographie le cinéma, le sport, les spectacles, la publicité. « Dans la perception, l’image et l’écrit ne sollicitent pas le même type de conscience ».

Dans l’image, le schéma ou la caricature sont déjà une représentation, des matières déjà travaillées. Ces images présupposent une conscience signifiante. On peut déjà raisonner sur elles, indépendamment de leur matière. L’image est ainsi écriture. Le mythe comme système sémiologique. La mythologie, comme étude d’une parole, est une partie de la sémiologie. Ce que

en relation

  • barthe
    3081 mots | 13 pages
  • Barthes
    2108 mots | 9 pages
  • Barthes
    1115 mots | 5 pages
  • Barthe
    5324 mots | 22 pages
  • Barthes
    1120 mots | 5 pages
  • Barthes
    2000 mots | 8 pages
  • Barthes
    613 mots | 3 pages
  • Barthes
    875 mots | 4 pages
  • Barthes
    408 mots | 2 pages
  • Barthes
    317 mots | 2 pages