Colibacilloses ou infections à escherichia coli

Pages: 6 (1391 mots) Publié le: 17 mai 2013
Les colibacilloses ou infections à Escherichia coli
Jean-Luc GUERIN et Cyril BOISSIEU Mise à jour : 30.06.08

Les colibacilloses sont sans doute les infections bactériennes les plus fréquentes et les plus importantes en pathologie aviaire. Elles peuvent entrainer de la mortalité, des baisses de performances et des saisies à l’abattoir. Contrairement aux infections des mammifères, lescolibacilloses aviaires prennent des formes générales, avec une voie d’entrée respiratoire ou génitale. La plupart des colibacilloses sont des surinfections, à la suite d’infections virales ou bactériennes (mycoplasmes respiratoires notamment).

L’agent de la maladie et son pouvoir pathogène
L’agent étiologique de la colibacillose est la bactérie Escherichia coli (E.coli). Il s’agit d’une bactérieGram-, non sporulée, de la famille des Enterobacteriaceae. Cette bactérie est le plus souvent mobile. Elle est caractérisée par les antigènes O (somatique), H (flagellaire), F (pilus) et K (capsulaire), qui permettent d’identifier plusieurs sérotypes. Chez les oiseaux, les sérotypes « considérés comme pathogènes » sont O1K1, O2K1 et O78K80. De nouveaux sérotypes pathogènes (non typables) sont enémergence. Attention : le sérotypage n’a pas une valeur prédictive absolue : certains E. coli non typables sont aussi pathogènes. La bactérie est sensible aux désinfectants usuels. Le pouvoir pathogène des E. coli repose sur leur propriété à coloniser l’appareil respiratoire, leur résistance au système immunitaire, leur aptitude à se multiplier dans un contexte de carence en fer, et leur capacité àproduire des effets cytotoxiques. Plusieurs facteurs de virulence potentiels sont identifiés chez les E. coli aviaires : adhésines de fimbriae, protéine à activité hémagglutinante, système aérobactine de captation du fer, antigène capsulaire polysaccharidique, résistance au pouvoir bactéricide du sérum, toxines et cytotoxines.

Les données épidémiologiques
Toutes les espèces aviaires sont sensiblesà E. coli. C’est une infection extrêmement fréquente et de répartition mondiale. Certains facteurs prédisposent les volailles à la maladie. Le jeune âge, le stress, un taux élevé d’ammoniac, une baisse de la température, des infections concomitantes, favorisent la colibacillose. Le plus souvent, E. coli doit être plutôt considéré comme un agent de surinfection que comme la cause primaire d’unemaladie. Il existe plusieurs formes de la maladie : des formes localisées, une forme septicémique aiguë, des formes chroniques. Les jeunes oiseaux sont plus sensibles à la forme septicémique. La cellulite est favorisée par des érosions cutanées et par une litière en mauvais état. L’omphalite est induite par la contamination fécale des œufs, par des œufs infectés brisés, par une salpingite ou uneovarite concomitante chez la mère. Les formes génitales se rencontrent chez les futures reproductrices avant l’entrée en ponte ou sur les adultes avec ou sans signe respiratoire. La forme vénérienne chez la dinde a lieu suite aux premières inséminations artificielles. Les formes respiratoires sont surtout rencontrées sur des jeunes, principalement en surinfection. E. coli est un hôte normal du tractusdigestif des volailles. Il est donc disséminé par les fèces des oiseaux malades ou porteurs et les oiseaux sont constamment exposés (par des malades ou porteurs,

des rongeurs, des insectes, des oiseaux sauvages, l’eau, des poussières, l’environnement). Dès que la résistance d’un oiseau est affaiblie, les souches pathogènes ou non peuvent se développer. E. coli, présent dans les intestins, lesvoies nasales, les sacs aériens ou le tractus génital peut être une source latente d’infection. Certaines souches pathogènes peuvent aussi infecter l’oiseau non affaibli. La contamination est essentiellement par voie aérienne par des aérosols. Les bactéries sont inhalées et contaminent les sacs aériens. Ceux-ci peuvent prolonger l’infection aux organes génitaux par contact. Certains E. coli...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • escherichia coli
  • Infections
  • Une infection
  • infections
  • Infection
  • Les infections à la surface des poumons chez les patients atteints de mucoviscidose
  • Etude de la notion de protection croisée chez Escherichia coli et de la différence entre l'éfficacité antibactrienne...
  • Infections informatiques

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !